Ce nouveau financement s’ajoute aux 2,3 milliards de dollars précédemment engagés auprès de CleanBC pour réduire les gaz à effet de serre dans tous les secteurs. Près d’un tiers de ce nouveau financement ira vers des transports plus propres.

Dans le cadre du plan CleanBC, d’ici 2030, 90 % de toutes les ventes de véhicules légers neufs dans la province ne devraient pas émettre d’émissions. Selon le ministre de l’Environnement George Heyman, l’objectif est même que la totalité des nouveaux véhicules légers mise en circulation soit non polluante d’ici 2035.

Pour y parvenir, la province supprime la taxe de vente provinciale sur les véhicules d’occasion qui n’émettent pas d’émissions carbone jusqu’en 2027. Des rabais pour l’achat de véhicules zéro émission et des aides pour l’installation d’appareils de chargement, ainsi qu’une exemption de la taxe sur les carburants automobiles pour les véhicules à moteur à hydrogène sont également prévus.

Selon Aloïs Gallet, juriste et économiste spécialiste des questions environnementales, les véhicules électriques règlent une partie du problème, à savoir les objectifs provinciaux et nationaux de réduire les émissions de CO2, mais cela ne résout pas le problème du changement climatique .

Aloïs Gallet explique que les voitures, même électriques, doivent être fabriquées à partir de minéraux issus de mines et souhaite que les décideurs politiques repensent les villes conçues uniquement pour les voitures. Il faut penser à la sobriété, dit-il.

La ministre des Finances Selina Robinson défend son budget qui prévoit d’importants investissements pour nous aider à lutter contre les changements climatiques et permet aux gens, aux collectivités et aux industries de prendre plus facilement et à moindre coût des décisions intelligentes face au climat.

Les industries recevront 310 millions de dollars pour favoriser leur transition énergétique et l’innovation, avec des crédits d’impôt et des mesures incitatives. Dix millions de dollars seront notamment investis pour détourner les déchets plastiques et réduire les émissions des sites d’enfouissement.

Quelqu'un tient un bac de recyclage bleu rempli de bouteilles de plastique vides.

La Colombie-Britannique investit 10 millions de dollars pour réduire la quantité de déchets plastiques qui se retrouve dans les sites d’enfouissement.

Photo : iStock

La province se dote aussi d’un nouveau programme d’action climatique destiné aux gouvernements locaux qui leur fournira un financement prévisible et flexible pour répondre aux besoins locaux, selon un communiqué de la province. Doté de 76 millions de dollars sur 3 ans, il soutiendra les initiatives environnementales des municipalités.

Trente millions de dollars les aideront à construire des projets de transport actif comme des pistes cyclables et des sentiers polyvalents.

Pour la présidente de l’Union des municipalités de la Colombie-Britannique, Laurey-Anne Roodenburg, ce financement prévisible et flexible répond aux besoins des municipalités et leur permettra d’évaluer leurs priorités. Ce financement est une bonne nouvelle, selon elle, car il permettra d’être préventifs plutôt que réactifs face aux changements climatiques.

« Lorsqu’il s’agit de changements climatiques, vous avez besoin de ce financement prévisible à long terme, car vos programmes ne s’arrêtent jamais à un an. Pour voir des progrès, [les programmes] doivent être continus. »

— Une citation de  Laurey-Anne Roodenburg, présidente, Union des municipalités de la Colombie-Britannique

Le ministre des Affaires municipales Nathan Cullen explique que les gouvernements locaux sont à l’avant-garde de la lutte contre les changements climatiques et [le] gouvernement s’est engagé à amplifier leur travail.

Enfin, à partir du 1er avril 2022, les particuliers qui souhaitent investir dans une pompe à chaleur seront exonérés de la taxe de vente provinciale, et les personnes vivant dans les régions rurales pourront bénéficier d’aides du gouvernement pour rendre leurs habitations moins énergivores. Cela sera possible grâce aux 43 millions de dollars annoncés pour le programme CleanBC Better Homes, Better Buildings.

Le Sierra Club BC remarque que l’adaptation aux changements climatiques est financée à hauteur de 2,1 milliards de dollars, contre 1,2 milliard pour la réduction de la pollution climatique.

Le groupe de défense de l’environnement constate, suite à la publication du nouveau rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), que même si l’adaptation est nécessaire, les stratégies d’adaptation deviennent inefficaces au-delà de certains niveaux de réchauffement dangereux.

Avec les informations de François Macone et de Chloé Dioré De Périgny



Reference-ici.radio-canada.ca

Leave a Reply

Your email address will not be published.