Un sénateur du Nunavut affirme que le soutien des collègues du caucus à la manifestation d’Ottawa a été la «dernière goutte»

Le sénateur du Nunavut, Dennis Patterson, affirme que le soutien du Parti conservateur et le manque de condamnation du soi-disant Freedom Convoy ont été la « goutte d’eau » dans sa décision de quitter le caucus de son parti.

Le bureau de Patterson a confirmé vendredi après-midi qu’il quittait le caucus conservateur du Sénat.

La manifestation en cours visant à amener le gouvernement à abandonner les mandats de vaccination a provoqué une impasse au centre-ville d’Ottawa au cours de la semaine dernière.

Patterson, qui s’identifie comme un “conservateur rouge” progressiste, a déclaré qu’il devait dénoncer la présence de drapeaux nazis et confédérés dans la ville, ainsi que les actes d'”anarchie”. Ces actes comprenaient le harcèlement signalé du personnel de la soupe populaire Shepherds of Good Hope et la profanation de la tombe du soldat inconnu, a déclaré Patterson.

«Je suis très déçu que nous ne voyons pas une condamnation de l’occupation continue du centre-ville d’Ottawa comme un acte illégal et perturbateur», a-t-il déclaré lors d’un entretien téléphonique, quelques heures après que son bureau a confirmé qu’il quittait le parti conservateur. caucus.

« Le convoi n’est pas la seule raison pour laquelle je suis parti… c’était la goutte qui a fait déborder le vase », a-t-il dit.

Patterson s’est dit gêné par le comportement de plusieurs politiciens conservateurs qui ont publiquement soutenu l’occupation et posé pour des photos avec les manifestants du convoi.

Un groupe de parlementaires de la Saskatchewan, dont l’ancien chef du parti Andrew Scheer et sa collègue du Sénat Denise Batters, ont posé pour une photo devant un camion arborant le drapeau de leur province.

La photo a été publiée par le député de Saskatoon-Grasswood, Kevin Waugh, qui a qualifié l’occupation de « patriotique ». Le maire d’Ottawa, Jim Watson, a répondu en qualifiant la séance de photos de « disgrâce absolue ».

“Ce n’est pas le parti auquel j’ai adhéré quand j’étais très jeune, ce n’est pas le parti de John Diefenbaker et de Brian Mulroney”, a-t-il déclaré. “Je ne peux plus tolérer ni garder le silence plus longtemps sur ce comportement si embarrassant et je pense si peu caractéristique de l’histoire de notre grand parti.”

Parce qu’Ottawa compte la plus grande population inuite du sud du Canada, Patterson a déclaré que les Nunavummiut avaient exprimé leur colère face aux symboles utilisés lors de la manifestation, ainsi que leur inquiétude pour les membres de la famille qui vivent, travaillent et étudient dans la capitale.

“En tant que représentant de ces gens au Parlement à Ottawa, j’ai été très obligé d’agir à partir de leurs messages d’inquiétude et de conseils pour moi”, a-t-il déclaré.

Bien qu’il quitte le caucus conservateur, Patterson a déclaré qu’il maintiendrait son adhésion au parti dans l’espoir de pouvoir aider à faire avancer le parti dans une direction progressiste.

Patterson s’est joint au Groupe des sénateurs canadiens, qui se définit comme «basé sur la recherche» et centré sur «l’analyse à long terme des questions de politique publique». Les sénateurs de ce groupe ont été nommés par tous les premiers ministres depuis Jean Chrétien.

Le sénateur Scott Tannas, chef du Groupe des sénateurs canadiens, a déclaré que Patterson « a toujours eu un respect sain pour les partisans de tous les côtés, et je sais qu’il continuera à faire une différence positive dans la vie des gens du Nord canadien en tant que membre de le CSG.

Le sénateur Donald Plett, chef des conservateurs au Sénat, a qualifié la défection de Patterson de “malheureuse” et l’a qualifié de membre du caucus “valorisé et contributeur” pendant 12 ans.

Patterson a exprimé son soutien aux mesures de santé publique fédérales, provinciales et territoriales alors que le Canada continue de lutter contre la COVID-19. Il a notamment salué le travail de l’administrateur en chef de la santé publique du Nunavut, le Dr Michael Patterson (sans lien de parenté), et de tous les Nunavummiut qui se sont fait vacciner et continuent de suivre les conseils de professionnels de la santé.

Dans le même temps, le sénateur de 73 ans, qui se dit immunodéprimé, a interpellé les politiques de son parti qui s’élèvent contre les restrictions de santé publique.

«Je n’ai pas été satisfait du manque de clarté dans la position de notre caucus conservateur sur ces questions et d’un refus d’approuver les mandats de vaccins, et sinon, d’un manque de clarté pour le soutien des agents de santé publique à l’échelle nationale et à travers le pays», il a dit.

Reference-nunatsiaq.com

Leave a Reply

Your email address will not be published.