Des documents de la Commission des pertes massives, publiés jeudi, décrivent en détail ces événements, ainsi que le moment où un policier de la Gendarmerie royale du Canada a croisé le tueur, hésitant à se lancer à sa poursuite.

Cette commission examine les événements des 18 et 19 avril 2020, lorsqu’un homme a tué 22 personnes, dont une femme enceinte, avant d’être abattu par la police à Enfield.

Le suspect sourit à un policier

Le caporal Rodney Peterson, de la Gendarmerie royale du Canada, a croisé sur la route l’auteur de la tuerie. Il a hésité à engager immédiatement la poursuite.

Le suspect conduisait alors une réplique d’autopatrouille de la Gendarmerie royale du Canada (Gendarmerie royale du Canada).

Image pixelisée d'une voiture de police, captée par une caméra de surveillance sur une route rurale.

Le tueur, au volant d’une voiture de police, capté par une caméra de surveillance le matin du 19 avril 2020 à Wentworth, en Nouvelle-Écosse.

Photo : La Presse canadienne / GRC

Les deux autopatrouilles se sont croisées le 19 avril juste avant 9 h 48 sur la route 4, dans la petite localité de Glenholme.

Le caporal Rodney Peterson a communiqué par radio à d’autres membres de la Gendarmerie royale du Canada pour leur dire que le conducteur portait un gilet réfléchissant et qu’il avait souri en passant, ce qui a poussé un autre policier à lancer : C’est lui. Ça doit être lui!

Rodney Peterson était arrivé au travail ce matin-là avec pour directives de rechercher une autopatrouille et de porter son gilet pare-balles.

Il se dirigeait à l’origine vers Portapique, où les 13 premiers meurtres avaient été commis la veille, mais il a été dérouté finalement vers l’endroit où Lillian Campbell, la 16e victime du tueur, avait été assassinée ce dimanche matin, sur le bord d’une route à Wentworth.

Montage photo des visages de 22 personnes disposés sur quatre rangées.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les 22 personnes tuées dans le massacre survenu les 18 et 19 avril 2020 à Portapique, Wentworth, Debert et Shubenacadie, en Nouvelle-Écosse.

Photo : Radio-Canada

Quelques instants après que le tueur l’a croisé sur la route, fuyant cette scène de crime, le caporal Rodney Peterson a eu du mal à décider sur-le-champ ce qu’il devait faire.

Dois-je m’arrêter, ralentir, parler à cette personne ou continuer?, expliquait le policier dans une entrevue avec des procureurs de la commission.

Alors, je me suis dit : si j’arrête et que c’est le [suspect], je vais me faire tirer dessus ici, je vais me faire tuer. Si je continue, ça me donnera une chance de faire demi-tour et de le poursuivre, ou de faire quelque chose, lit-on dans le résumé de la commission d’enquête publique.

Mais le policier n’a pas pu faire demi-tour rapidement, parce que la route était trop étroite. Selon le résumé de la commission, il a pu le faire à environ 1,2 kilomètre plus loin. Je me disais : si je ne fais pas ça correctement, je vais me faire tuer.

Une douzaine de policiers, certains debout et d'autres à genoux, examinent les lieux d'un accident et d'un meurtre près de l'autoroute.

Le 23 avril 2020, des enquêteurs de la GRC examinent la scène de crime où leur collègue Heidi Stevenson a été tuée quelques jours plus tôt, à Shubenacadie en Nouvelle-Écosse.

Photo : La Presse canadienne / Andrew Vaughan

Plus tard ce dimanche matin, à Enfield, le gendarme Chad Morrison a d’ailleurs été grièvement blessé par balle, dans sa voiture, par le tueur. Le véhicule de la gendarme Heidi Stevenson a été percuté et elle a été tuée par balle.

Le tueur sonne à sa porte

Pendant ce temps, à l’insu du caporal Rodney Peterson, un autre drame se déroulait pour un couple qui habitait le long de la route.

Selon le résumé de la commission, le tueur s’est engagé dans l’entrée de la résidence de Carole et Adam Fisher moins d’une minute après avoir croisé l’agent Peterson.

Un homme fait une présentation devant un écran géant. Sur l'écran, on voit le tueur conduisant une fausse voiture de police et s'approchant du stationnement d'un domicile.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

En haut de cette image d’une caméra de surveillance, on voit la réplique d’une autopatrouille de la GRC conduite par le tueur s’approcher d’un domicile de Glenholme le 19 avril 2020.

Photo : La Presse canadienne / Andrew Vaughan

Le tueur connaissait Adam Fisher. Il a garé sa réplique d’autopatrouille de la Gendarmerie royale du Canada au bout d’une longue allée, derrière les deux véhicules du couple, où il n’était pas facilement visible de la route et du caporal Peterson.

Une image granuleuse captée par le système de vidéosurveillance du couple le montre debout, près de la voiture, portant ce qui semble être une arme à feu.

Image d'une caméra de surveillance. On voit un homme qui semble armé s'avancer dans le stationnement, passant près de deux véhicules stationnés.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Une image d’une caméra de surveillance montre le tueur qui s’approche d’une résidence de Glenholme, le matin du 19 avril 2020. Sa réplique d’une voiture de la GRC est stationnée derrière deux véhicules. Les flèches jaunes qui pointent vers des objets qu’il tient dans ses mains ont été ajoutées par la Commission des pertes massives.

Photo : Commission des pertes massives

Le tueur a frappé et sonné à la porte des Fisher, mais ils avaient tous les deux vu un avertissement sur les réseaux sociaux identifiant l’identifiant. Ils étaient donc au courant du danger, selon un document déposé à la commission.

Adam Fisher a saisi et chargé son fusil de chasse de calibre 12.

Carole et Adam Fisher étaient au téléphone avec le 911, vers 9 h 49.

S’il s’approche de chez moi, je vais lui faire exploser sa […] tête, a dit Adam Fisher au 911.

L’auteur de la tuerie est resté autour de la maison des Fisher environ deux minutes.

Pendant ce temps, le caporal Peterson, de la Gendarmerie royale du Canada, est passé devant sur la route, sans se rendre compte que le meurtrier était là.

Image granuleuse d'une caméra de surveillance. On voit un blindé de la police dans l'entrée d'une maison.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Un blindé de la GRC arrive chez les Fisher, le 19 avril 2020 à Glenholme, en Nouvelle-Écosse. Il s’agit d’une image d’une caméra de surveillance. L’horodatage du système de surveillance est inexact.

Photo : Commission des pertes massives

Le policier a continué sa poursuite jusqu’à l’intersection de la route 4 et de la Transcanadienne, vers 9 h 50, lorsqu’il a entendu les répartiteurs de la police lancer que le tueur s’était dirigé vers la maison des Fisher.

Le récit de la commission suggère que le tueur est ensuite remonté dans sa réplique d’autopatrouille, a conduit vers le nord sur la route 4 et a tourné sur Plains Road, en direction de la petite communauté de Debert, échappant à nouveau aux policiers et aux équipes d’intervention d’urgence qui se précipitaient vers la maison des Fisher.

Il a tué sur Plains Road deux autres personnes, qui se trouvaient dans leur véhicule. Kristen Beaton, enceinte de son deuxième enfant, était assistante en soins continus et se rendait au travail, tandis que Heather O’Brien, une infirmière auxiliaire, était en congé ce dimanche-là.



Reference-ici.radio-canada.ca

Leave a Reply

Your email address will not be published.