Un député libéral agressé à Laval


Le député libéral Jean Rousselle a été victime d’une agression de la part de deux jeunes hommes qui lui ont assailli des coups de poing au visage.

L’attaque est survenue lundi dans l’immeuble du bureau de circonscription du député provincial de Vimont, à Laval.

Depuis environ cinq ans, des jeunes utilisent la cage d’escalier pour venir y fumer de la marijuana. L’odeur importune des occupants de l’immeuble et M. Rousselle a demandé à plusieurs reprises au propriétaire de trouver une solution, notamment l’installation de caméras.

«Mon staff se fait toujours interpeler, menacer, intimider, par ces jeunes-là, dénonce le député libéral. Aujourd’hui, je me suis dit : c’est assez, ça fait cinq ans qu’on subit ça, ce n’est pas vrai que mon personnel va continuer [à subir ça].»

Le député s’est retrouvé face à un jeune homme d’environ 17 ans, plutôt costaud, environ 6,2 pieds. La proposition d’aller fumer ailleurs n’a pas été bien accueillie : « Il m’a dit : décriss », relate Jean Rousselle.

À ce moment-là, son complice lui a « sauté dans le dos ». «Ils ont commencé à me fesser à coups de poing sur la tête, partout», raconte-t-il.


Policier pendant une trentaine d’années avant de faire le saut en politique, le député âgé de 68 ans dit avoir utilisé des techniques de défense acquises dans son ancienne vie pour éviter le pire du passage à tabac.

«C’est sûr que le nez a saigné abondamment, mais pour le reste je pense que je suis correct», dit Jean Rousselle. Il s’en sort avec une bosse sur le nez.

Une plainte a été déposée à la police de Laval, mais aucune arrestation n’a eu lieu pour le moment.

Lundi soir, le maire de Laval a commenté cette agression via son compte Twitter. Stéphane Boyer s’est dit troublé par ce que Jean Rousselle a subi, qualifiant ces actes d’« inadmissibles ».

“Mes pensées l’accompagnent. Je lui souhaite un prompt rétablissement», un écrit l’élu.

Également critique libéral en matière de sécurité publique, Jean Rousselle rappelle qu’il a demandé à plusieurs reprises la tenue d’un forum pour faire face à la montée de la violence à Laval.

« Les commissions scolaires, les travailleurs de rue, les associations sportives, tout le monde devrait être là, dit-il. Vous savez, ça prend un village pour élever un enfant : ben je pense que j’interpellerais le village pour trouver des solutions pour ces décrocheurs-là. Parce que, pas besoin de vous dire que ces jeunes-là, à 14 :00 en train de fumer du pot, ça ne doit pas être des étudiants.»




Reference-www.tvanouvelles.ca

Leave a Comment