Un accord sur le nucléaire iranien serait «imminent», selon Israël


Le premier ministre a rendu Naftali Bennett déclaré dimanche qu’un accord sur le dossier nucléaire iranien serait « imminent », craignant qu’il soit « plus fragile » que le précédent conclu en 2015.

• À lire aussi : La Russie annonce des manœuvres et des tirs de ses forces «stratégiques» samedi

• À lire aussi : En révélant des secrets, Washington tente de prévenir une invasion de l’Ukraine

• À lire aussi : Nucléaire : Washington juge possible une entente dans les prochains jours si l’Iran est «sérieux»

Des négociations sur le nucléaire iranien ont repris fin novembre à Vienne après une longue pause, avec pour objectif de faire revenir les États-Unis dans le giron de l’accord de 2015 censé empêcher Téhéran de se doter de la bombe atomique, intention qu’ a toujours niée la République islamique.

Les États-Unis ont quitté l’accord en 2018 sous la présidence de Donald Trump, rétablissant dans la foulée leurs sanctions. En riposte, l’Iran s’est largement affranchi des restrictions qu’il avait accepté d’imposer à ses activités nucléaires.

Allié des États-Unis et ennemi juré de l’Iran, Israël considère Téhéran et son programme nucléaire comme une menace à sa sécurité et celle du Moyen-Orient. L’État hébreu s’est opposé à l’accord de 2015, car selon lui la levée des sanctions contre la République islamique prévue dans le texte lui permet de s’armer davantage.

« Un nouvel accord serait imminent (…) Il serait plus fragile que le précédent », a déclaré dimanche M. Bennett avant la réunion hebdomadaire du gouvernement à Jérusalem.

Israël se prépare «au jour de l’après (accord) à tous les niveaux», at-il ajouté.

«Le terrorisme iranien nous met en danger ainsi que d’autres pays de la région (…) L’État d’Israël se prépare pour le jour d’après (la conclusion de l’accord) afin d’assurer la sécurité de ses citoyens par nos propres moyens», a ajouté M. Bennett.

Le premier ministre est revenu dimanche soir sur le sujet lors d’une intervention durant une conférence réunissant les organisations juives américaines.

« Le principal problème avec ce (nouveau) accord est que dans deux ans et demi (…) l’Iran pourra développer, installer et mettre en marche des centrifugeuses nucléaires », at-il dénoncé dans un discours.

Le ministre récompensé de la Défense Benny Gantz avait affirmé plus tôt lors d’une conférence sur la sécurité à Munich, en Allemagne, que «toutes les mesures doivent être prises pour s’assurer que l’Iran ne pourra jamais devenir un État au seuil nucléaire».

« Garanties »

« Le monde ne doit jamais le permettre et Israël ne le permettra jamais », a ajouté M. Gantz, dont le pays est considéré par les experts comme la seule puissance nucléaire du Moyen-Orient.

L’accord de 2015 avait permis la levée de sanctions économiques internationales contre l’Iran en échange de strictes limites à son programme nucléaire censées l’empêcher de se doter de la bombe atomique.

Les négociations de Vienne se déroulent entre les Iraniens et les autres pays signataires de l’accord (Allemagne, Chine, France, Royaume-Uni et Russie), avec la participation indirecte des Américains.

Des députés iraniens ont appelé de leur côté dimanche leur gouvernement à obtenir des «garanties» de la part des pays accueillant des participants aux négociations, selon l’agence de presse officielle Irna.

Dans un communiqué envoyé au président Ebrahim Raïssi, les signataires demandent aux «trois pays européens et aux États-Unis» l’assurance qu’ils n’engageront pas de procédure de retrait et qu’ils ne rétabliront pas des sanctions contre l’Iran si Téhéran venait à ne pas respecter ses engagements.

Ebrahim Raïssi devait arriver lundi au Qatar, qui joue souvent le rôle de médiateur, pour discuter de l’accord sur le nucléaire, selon des sources qataries.

«Le Qatar est actif afin de combler le fossé entre les États-Unis et l’Iran qui se sont retrouvés dans des impasses lors des pourparlers de Vienne. Mais ils ont fait des progrès et ont commencé à envisager des pourparlers directs», a déclaré un diplomate, sous couvert d’anonymat.

Le président français Emmanuel Macron a dit samedi à son homologue iranien que l’Iran devait « maintenir saisir » l’opportunité de préserver l’accord de Vienne, a indiqué la présidence française.

Jeudi, les États-Unis avaient fait état de «progrès substantiels» à Vienne, jugeant une entente possible «dans les prochains jours».




Reference-www.journaldemontreal.com

Leave a Comment