Pourquoi cet immunologiste croit que la N.-É. devrait ramener le port du masque


Nous voyons dans les centres commerciaux et les supermarchés des gens sans masque, alors même si le public sait quoi faire, tout le public ne le fait pas, dit l’immunologiste, le Dr Scott Halperin.

Et s’ils ne portent pas de masque, la santé publique devrait reconsidérer la remise en place de ce mandat.

Le port du masque en Nouvelle-Écosse n’est plus obligatoire depuis le 21 mars, sauf dans les écoles et les établissements de santé.

Depuis, la province a vu le nombre de cas augmenter. La dernière mise à jour hebdomadaire du 31 mars a montré une moyenne quotidienne de 598 nouveaux cas et plus de 600 membres du personnel des autorités sanitaires de la Nouvelle-Écosse étaient en congé mardi pour des raisons liées à la COVID-19.

L'entrée du service des urgences sur la rue Robie à Halifax.

Des centaines d’employés deSanté Nouvelle-Écosse sont en arrêt de travail à cause de la COVID-19.

Photo : Radio-Canada / Robert Short

Le Dr Halperin rappelle que la capacité de lits dans les hôpitaux diminue parce que Santé Nouvelle-Écosse n’arrive pas à remplacer tous les travailleurs en congé maladie. C’est pourquoi les chirurgies électives doivent être annulées et d’autres interventions de ce genre, explique-t-il.

Nous voyons des gens dans la communauté contracter la COVID-19 et mourir. Je ne pense pas que les gens devraient penser que la pandémie est terminée.

Mercredi, le premier ministre Tim Houston à télécharger une vidéo sur Twitter dans laquelle il apparaît au côté du Dr Robert Strang. Le premier ministre admet dans cette vidéo qu’il y a beaucoup de cas de COVID-19, mais que les restrictions sanitaires sont inutiles parce que les gens savent maintenant comment se protéger, et protéger leur famille.

Le Dr Halperin est bien d’accord que les Néo-Écossais sont au courant, mais il affirme que savoir quoi faire et l’appliquer sont deux choses bien différentes.

Des gens marchent dans une rue du centre-ville de Londres.

Le variant Omicron a démontré qu’il est hautement transmissible.

Photo : Reuters / Tom Nicholson

Depuis le début de la pandémie, la santé publique affirme qu’il faut éviter les grandes foules, et mettre des masques lorsque vous êtes dans des installations intérieures.

Malheureusement, le public comprend que si la santé publique voulait vraiment que le public fasse ça, il remettrait simplement les restrictions en place.

À son avis, des équipes de santé publique n’auraient qu’à circuler dans des endroits publics intérieurs pour se rendre compte que ce n’est pas le tiers des gens qui portent un masque et selon lui c’est un problème.

Le Dr Halperin convient que la Nouvelle-Écosse bénéficie d’un taux de vaccination élevé, probablement l’une des meilleures au pays. Mais cette immunisation ne protège pas contre tout.

Ça nous protège contre des hospitalisations, des morts, des infections graves, mais ça ne nous protège pas contre la COVID-19.

Une personne en tain de préparer une seringue de vaccination.

Le Dr Halperin reconnaît le haut taux de vaccination en Nouvelle-Écosse, mais il rappelle que ça ne protège pas contre tout.

Photo : iStock / TuiPhotoengineer

Le Dr Scott Halperin rappelle que le vaccin n’est pas très efficace contre la transmission, car il a été fabriqué contre la souche d’origine du virus et non contre le variant Omicron. Ce qui fait que les gens peuvent encore être infectés et le transmettre à des personnes à risque.

L’immunité collective ne pourra jamais être atteinte avec les vaccins actuels, dit-il.

À son avis, il faudrait modifier les vaccins pour y arriver et en attendant il prône la prudence et la protection personnelle avec le port du masque.

Avec les informations de CBC



Reference-ici.radio-canada.ca

Leave a Comment