Poilievre s’adresse aux nouveaux immigrants, alors que Brown l’attaque à propos du projet de loi sur l’interdiction du niqab de 2015


OTTAWA – Le maire de Brampton, Patrick Brown, et le conservateur de haut niveau, Pierre Poilievre, ont passé lundi à se disputer une promesse électorale vieille de sept ans d’interdire le couvre-visage lors des cérémonies de citoyenneté – un signe de ce qui pourrait être les ingrédients d’une rivalité tendue entre les candidats à la course à la direction des conservateurs.

Brown, qui a lancé sa candidature dimanche, a fustigé le député de longue date de la région d’Ottawa Poilievre pour ses actions en 2015 lorsque le parti a promis de créer une ligne de dénonciation des «pratiques culturelles barbares» et d’exiger que les visages des gens soient visibles lors des serments de citoyenneté.

L’attaque est survenue alors que Poilievre a passé les derniers jours à rencontrer des dirigeants de la communauté culturelle de la région du Grand Toronto et à promettre de réduire les formalités administratives pour les immigrants souhaitant accéder aux licences nécessaires dont ils ont besoin pour travailler dans des industries réglementées. Parmi ceux qu’il a rencontrés, il y avait des membres de les communautés arménienne, musulmane et pakistanaise ainsi que certains des candidats du parti de la région.

Peu importe qui sera choisi comme chef le 10 septembre, les conservateurs savent qu’ils doivent faire des percées auprès des immigrants et des Canadiens racialisés s’ils espèrent remporter des sièges dans la région ainsi que dans d’autres grandes villes et banlieues, considérées comme essentielles pour vaincre le premier ministre libéral à trois mandats. Justin Trudeau.

Poilievre s’est engagé lundi à relancer des programmes similaires qui étaient en place sous le dernier chef conservateur qui a bien réussi dans les communautés de minorités visibles : l’ancien premier ministre Stephen Harper, au moins avant 2015.

Il a promis d’inciter les provinces à exiger des organismes de délivrance des licences professionnelles qu’ils se prononcent sur la demande d’un immigrant dans les 60 jours suivant la réception de ses documents, plutôt que de les forcer à attendre des mois.

De plus, Poilievre a proposé d’offrir de petits prêts aux immigrants qui pourraient avoir besoin de suivre des cours supplémentaires pour obtenir une licence professionnelle ou commerciale pour travailler dans leur domaine respectif.

Alors que Poilievre faisait ces promesses, Brown, qui se positionne comme le candidat qui défend les libertés religieuses, a publié une déclaration disant que le député manquait de crédibilité sur toute politique ayant un impact sur les communautés minoritaires compte tenu de son rôle dans la campagne électorale des conservateurs en 2015.

C’est au cours de cette course que le parti, alors dirigé par Harper, a promis de créer une ligne téléphonique pour les soi-disant «pratiques culturelles barbares». Les conservateurs de l’époque disaient qu’il s’agissait de signaler des choses comme le mariage forcé.

Au cours de cette élection, Poilievre se présentait pour être réélu en tant que candidat. Il était également membre du gouvernement Harper lorsqu’il a présenté un projet de loi interdisant aux gens de porter un couvre-visage lors des cérémonies de citoyenneté. Cela a finalement été annulé par le tribunal. La promesse a également été incluse dans la campagne électorale du parti, lorsque Harper a également songé à la possibilité de l’étendre aux fonctionnaires fédéraux.

Brown a déclaré lundi que Poilievre ne s’était jamais prononcé contre ces mesures. Le député a également Jenni Byrne dans son équipe, qui était la directrice de campagne nationale du parti en 2015.

“C’est la même campagne qui a lancé ces deux politiques odieuses et a fait perdre les conservateurs aux élections générales de 2015”, indique le communiqué de Brown.

“Même s’il tente de se distancier de son silence aujourd’hui, ce serait un geste creux dans une tentative peu sincère de gagner des voix.”

Poilievre a répondu lundi en traitant Brown de « menteur », l’accusant d’avoir mal interprété ce que faisait Harper.

“Il n’y avait pas d’interdiction du niqab”, a-t-il déclaré dans un communiqué publié sur les réseaux sociaux.

“Je n’appuierais jamais cela, et M. Harper non plus. Ce que M. Harper a proposé, c’est que le visage d’une personne soit visible lors de la prestation de serment lors des cérémonies de citoyenneté.”

Poilievre, dont la déclaration n’a pas abordé la proposition passée d’une ligne de dénonciation des “pratiques culturelles barbares”, a ajouté qu’il continuerait à soutenir l’immigration et l’égalité.

En réponse, le PDG du Conseil national des Canadiens, Mustafa Farooq, a tweeté que “le leadership exige la responsabilité” et a souligné que certains des collègues députés de Poilievre se sont excusés pour ce qui s’est passé en 2015.

Parmi ceux-ci se trouve le député d’Edmonton Tim Uppal, coprésident de la campagne de Poilievre, qui s’est excusé pour son rôle de ministre dans la promotion de l’interdiction du niqab lors des cérémonies de citoyenneté. Avant la course à la direction, Uppal a déclaré que le parti était toujours aux prises avec les retombées des communautés racialisées en raison de la campagne de 2015.

Un post-mortem de la défaite électorale des conservateurs en 2021 soumis en janvier est arrivé à une conclusion similaire, selon trois sources qui ont parlé à La Presse canadienne sous couvert d’anonymat.

Melissa Lantsman, une députée ontarienne nouvellement élue qui soutient également Poilievre dans la course, a partagé sur les réseaux sociaux l’automne dernier que même si elle s’était prononcée en faveur de l’interdiction du niqab lors des cérémonies de citoyenneté en 2015, sa “vue a depuis évolué”.

Michael Diamond, un stratège de campagne qui, entre autres campagnes, a travaillé sur la candidature à la direction conservatrice de Peter MacKay en 2020, a déclaré que l’attaque de Brown sur la question et le ciblage de Byrne est une attaque “par procuration” contre Harper, qui est très respecté parmi les membres.

“Cela me paraît insensé de s’attaquer à la dernière campagne de celui qui reste la figure la plus populaire de ce parti.”

Il a ajouté que la course n’en était qu’à ses débuts et a averti que les débats qui se déroulaient entre les campagnes et sur les réseaux sociaux se déroulaient dans une “chambre d’écho”.

Ce rapport de La Presse canadienne a été publié pour la première fois le 14 mars 2022.




Reference-www.ctvnews.ca

Leave a Comment