Plus de 100 000 civils toujours prisonniers de Marioupol | Guerre en Ukraine


Dans une publication sur les réseaux sociaux, la vice-première ministre ukrainienne Iryna Verechtchouk que neuf corridors ont été établis pour évacuer les civils pris dans les villes et villages du pays, mais il n’y a eu aucune entente concernant un corridor pour Marioupol.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a accusé les forces armées russes d’avoir saisi un convoi humanitaire près de Mangush, à l’ouest de Marioupol.

Des employés des services d’urgence du pays et des chauffeurs d’autobus ont été faits prisonniers, a-t-il déclaré, ajoutant que 100 000 personnes restaient dans la ville et vivaient dans des conditions inhumaines. Dans un blocus total. Sans nourriture, sans eau, sans médicaments. Sous des tirs d’obus constants, sous des bombardements constants.

Malgré les obstacles à des évacuations, Volodymyr Zelensky a affirmé qu’un peu plus de 7000 résidents de Marioupol ont pu être évacués mardi.

Les militaires ukrainiens soutiennent que les troupes russes sont démoralisées et que les officiels russes tentent d’enrôler d’anciens soldats afin de poursuivre l’effort de guerre.

Un haut dirigeant du port de Marioupol, qui a réussi à fuir la ville assiégée mardi, a confirmé à la BBC que la majorité de la ville avait été détruite, mais que le port restait largement intact.

L’homme, qui refuse d’être identifié pour des raisons de sécurité, a dit que six bateaux battant pavillon à l’extérieur de l’Ukraine sont prisonniers du port depuis le début de la guerre, mais que contrairement au reste de la ville, le port a souffert de relatifs petits bombardements.

Le port de Marioupol revêt une importance stratégique pour la Russie. Il s’agit du port le plus important de la mer d’Azov et d’un des plus importants en ce qui concerne l’exportation des produits agricoles ukrainiens.

Ailleurs en Ukraine, l’administration de Kiev a annoncé que les militaires russes ont bombardé la capitale dans la nuit de mardi à mercredi et que deux immeubles ont été endommagés.

Sur Telegram, l’administration a indiqué qu’un centre commercial et des édifices privés ont été ciblés dans les districts de Sviatoshynskyi et de Shevchenkivskyi. Quatre personnes ont été blessées, indique-t-on.

Des officiels ukrainiens soutiennent que les Russes ont pillé et détruit un laboratoire sur le site de la centrale nucléaire de Tchernobyl.

Les occupants russes ont illégalement saisi le plus récent laboratoire, a déclaré l’Agence d’État ukrainienne pour la gestion de la zone d’exclusion dans un communiqué publié tard mardi.

Le laboratoire traite des déchets radioactifs et contient des échantillons hautement actifs et des échantillons de radionucléides qui sont désormais dans les mains de l’ennemi, a ajouté l’agence.

Le laboratoire a été décrit comme un complexe unique doté de puissantes capacités d’analyse non disponibles ailleurs en Europe.

Les Russes se sont emparés de la centrale dans les premiers jours de la guerre, retenant les travailleurs en otage pendant des semaines avant que certains ne soient libérés.

Notre dossier Guerre en Ukraine

Sur le front diplomatique

Le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov a affirmé sur CNN que Moscou n’utilisera l’arme nucléaire en Ukraine qu’en cas de menace existentielle contre la Russie.

Nous avons une doctrine de sécurité intérieure, cela est public, vous pouvez y lire toutes les raisons pour l’utilisation des armes nucléaires. Et s’il s’agit d’une menace existentielle pour notre pays, alors elles peuvent être utilisées en accord avec notre doctrine, a-t-il dit.

Le président des États-Unis, Joe Biden, s’envole pour l’Europe mercredi, où il tentera de renforcer l’unité des Occidentaux et d’alourdir les sanctions économiques contre la Russie.

Un marathon diplomatique attend le locataire de la Maison-Blanche, soucieux d’afficher sa fermeté face au président russe Vladimir Poutine, mais aussi de tenir sa promesse de redonner aux alliances des États-Unis leur lustre terni par quatre années de présidence Trump.

Ces derniers mois, l’Occident a été uni. Le président va en Europe pour s’assurer que nous restions unis et pour envoyer le message fort que nous sommes préparés et engagés pour aussi longtemps qu’il le faudra, a souligné mardi Jake Sullivan, conseiller à la sécurité nationale du président américain.

Jeudi, Joe Biden participera à Bruxelles à trois sommets internationaux : ceux de l’OTAN, du G7 et de l’Union européenne.

La Russie a accusé mercredi les États-Unis d’entraver les difficiles négociations russo-ukrainiennes, estimant que le but de Washington était de dominer l’ordre mondial, y compris par le biais des sanctions.

Les négociations sont difficiles, la partie ukrainienne change constamment sa position. Il est difficile de se débarrasser de l’impression que nos collègues américains les tiennent par la main, a déclaré le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov dans un discours devant des étudiants.

Avec les informations de Agence France-Presse, BBC, The Guardian, et Associated Press



Reference-ici.radio-canada.ca

Leave a Comment