L’Ontario signe une entente de 10,2 milliards de dollars pour la garde d’enfants avec le gouvernement fédéral | The Canadian News


OTTAWA — L’Ontario a signé dimanche un accord de 10,2 milliards de dollars pour la garde d’enfants avec le gouvernement fédéral qui réduira de moitié les frais de garde d’enfants dans la province d’ici la fin de l’année.

Le premier ministre Justin Trudeau et le premier ministre Doug Ford annonceront l’accord lundi dans la région du Grand Toronto, selon des sources des deux gouvernements au courant des négociations.

Ils ont tous parlé à La Presse canadienne à condition de ne pas être nommés en raison de la nature sensible des pourparlers.

L’accord avec l’Ontario est le dernier nécessaire pour respecter l’engagement de Trudeau de réduire les frais de garde d’enfants à une moyenne de 10 $ par jour dans chaque province et territoire d’ici la fin de 2026.

Lire la suite:

L’Ontario soumet un plan de garde d’enfants juste avant la date limite imminente

L’histoire continue sous la publicité

Le budget fédéral de 2021 a affecté 30 milliards de dollars sur cinq ans à la mise en place d’un programme national de garde d’enfants promis depuis longtemps, mais jamais livré.

L’Ontario attendait plus d’argent et bien qu’ils n’aient pas obtenu cela, des sources provinciales affirment avoir obtenu plus de flexibilité dans le moment où les fonds sont dépensés, ce qui leur permettra d’atteindre l’objectif de réduire les frais à une moyenne de 10 $ par jour.

De plus, ils ont obtenu un mécanisme d’examen au cours de la troisième année qui leur permet de fournir un modèle d’établissement des coûts mis à jour et de demander plus d’argent pour compenser tout manque à gagner.

Le programme quinquennal de garde d’enfants devait inclure 1 milliard de dollars pour l’Ontario la première année, soit 2021-2022. Étant donné que cet exercice se termine dans quatre jours, le gouvernement fédéral leur accorde plus de flexibilité pour reporter la plupart de ces dépenses sur les années à venir.

Dans le cadre de l’entente, l’Ontario réduira ses frais de 50 % en moyenne d’ici la fin décembre, créera 86 000 nouvelles places en garderie d’ici la fin de la période de cinq ans et établira de nouveaux planchers de salaire minimum pour les travailleurs en garderie de 18 $ de l’heure pour le personnel et 20 $ de l’heure pour les superviseurs.

Ces salaires augmenteront de 1 $ l’heure chaque année jusqu’à ce que le plancher atteigne 25 $ l’heure.

Lire la suite:

La région de Peel a besoin de 40 000 nouvelles places si l’Ontario accepte un accord de garde d’enfants de 10 $ par jour

L’histoire continue sous la publicité

Les places doivent être dans des établissements agréés et la priorité doit être accordée aux espaces publics ou à but non lucratif, mais l’accord ne laisse pas entièrement de côté les centres privés à but lucratif.

Au moins un cinquième des places en garderie de l’Ontario sont gérées par des sociétés privées à but lucratif, et certains des frais les plus élevés sont facturés dans la province.

Le Centre canadien de politiques alternatives a également signalé qu’en 2019, Toronto avait les frais médians de garde d’enfants les plus élevés pour les nourrissons et les tout-petits, à 1 774 $ et 1 457 $ par mois respectivement.

Les frais préscolaires étaient les plus élevés à Iqaluit, 1 213 $, suivi d’Oakville, en Ontario, à 1 210 $ et de Toronto à 1 207 $.

Au Québec, qui a créé un programme universel de garde d’enfants en 1997, les parents payaient en moyenne 179 $ par mois dans tous les groupes d’âge.

Le gouvernement fédéral a estimé l’année dernière que la réduction des frais à une moyenne de 10 $ par jour en Ontario permettrait d’économiser en moyenne 7 300 $ par enfant.


Cliquez pour lire la vidéo : « L'Ontario est maintenant la seule province ou territoire sans entente de garde d'enfants avec Ottawa »







L’Ontario est maintenant la seule province ou territoire sans entente de garde d’enfants avec Ottawa


L’Ontario est désormais la seule province ou territoire sans entente de garde d’enfants avec Ottawa – 24 janvier 2022

L’Ontario est la dernière province ou le dernier territoire à adhérer au plan national. Sept provinces et le Yukon ont emboîté le pas en juillet et en août, avant le déclenchement des élections fédérales. L’Alberta s’est jointe en novembre, le Nouveau-Brunswick et les Territoires du Nord-Ouest en décembre et le Nunavut à la fin de janvier.

L’histoire continue sous la publicité

Lorsque l’accord avec le Nunavut a été finalisé, Ford a déclaré qu’un accord avec son gouvernement était “très, très proche”, mais qu’il a fallu deux mois de plus pour le faire.

L’une des plus grandes demandes de l’Ontario était l’assurance que le financement fédéral ne disparaîtrait pas après la période initiale de cinq ans, laissant les provinces responsables de programmes très coûteux.

Il y avait déjà une telle promesse dans le budget 2021, qui prévoyait que le financement de ce programme après les cinq premières années serait de 9 milliards de dollars par an.

Des sources provinciales ont déclaré avoir obtenu une sixième année de financement qui donne à l’Ontario la « tranquillité d’esprit » que le programme ne prendra pas fin après la durée de l’entente.

L’Ontario voulait également un crédit ou un financement supplémentaire pour tenir compte de son programme de maternelle à temps plein de 3,6 milliards de dollars pour les enfants de quatre et cinq ans. C’est l’une des rares provinces à avoir cela, mais la ministre de la Famille, Karina Gould, qui a négocié l’entente pour le gouvernement fédéral, était catégorique sur le fait que la maternelle n’était pas visée par les négociations.

Lire la suite:

Doug Ford dit que l’Ontario est sur le point de conclure un accord sur la garde d’enfants; la province est la dernière à conclure une entente

Ottawa a alloué à chaque province une part par habitant du financement prévu pour les ententes sur la garde d’enfants en fonction de la population d’enfants dans chaque province. Cela représente 10,2 milliards de dollars pour l’Ontario.

L’histoire continue sous la publicité

Les accords partagent l’objectif que les frais soient en moyenne de 10 $ par jour d’ici la fin de l’exercice 2025-26, avec une réduction initiale des frais de 50 % cette année. Mais ils reflètent également la réalité des programmes de garde d’enfants existants dans chaque province, y compris au Québec.

Cette province a déjà 8,50 $ par jour de places dans les garderies réglementées, donc son accord était en grande partie d’étendre et d’aider à financer ce programme, y compris 22 000 places supplémentaires.

Dans l’ensemble, les accords devraient ajouter plus de 250 000 places en garderie agréée et subventionnée à travers le Canada au cours des quatre prochaines années.

Le responsable fédéral a également déclaré que Gould avait entendu de plus d’une province qu’ils avaient du mal à payer les agrandissements nécessaires pour que les garderies puissent accueillir des enfants supplémentaires. Les discussions sur le financement des infrastructures de garde d’enfants pourraient être les prochaines mais ne font pas partie de cet accord, ont-ils déclaré.

Susan Prentice, professeure de sociologie à l’Université du Manitoba et membre du groupe d’experts fédéral sur l’apprentissage et la garde des jeunes enfants, a déclaré que rendre les services de garde plus abordables est une affaire énorme pour les parents.

Elle a dit que pour certains parents, cela ouvrira la possibilité de pouvoir se payer des frais de garde d’enfants.

Mais le coût n’est qu’une partie du puzzle pour assurer des services de garde d’enfants accessibles, sûrs et de qualité, a déclaré Prentice et la mise en œuvre sera la clé.

L’histoire continue sous la publicité

“Un accord seul n’est que la première étape.”

© 2022 La Presse Canadienne




Reference-globalnews.ca

Leave a Comment