L’Iran revendique un barrage de missiles près du consulat américain en Irak


Le ministère irakien des Affaires étrangères a convoqué dimanche l’ambassadeur d’Iran pour protester contre l’attaque, la qualifiant de violation flagrante de la souveraineté du pays.

Aucun blessé n’a été signalé lors de l’attaque de dimanche contre la ville d’Erbil, qui a marqué une escalade significative entre les États-Unis et l’Iran. L’hostilité entre les ennemis de longue date s’est souvent jouée en Irak, dont le gouvernement est allié aux deux pays.

L’attaque a été sévèrement condamnée par le gouvernement irakien, qui l’a qualifiée de “violation du droit et des normes internationales” et a exigé des explications de la part des dirigeants iraniens. Le porte-parole du ministère irakien des Affaires étrangères, Ahmad al-Sahhaf, a déclaré à l’Associated Press que le ministère avait convoqué l’ambassadeur iranien, Iraj Masjedi, pour présenter la protestation diplomatique.

Les États-Unis ont fermement condamné la frappe et déclaré qu’il s’agissait d’une attaque injustifiée contre une résidence civile.

“Nous soutiendrons le gouvernement irakien pour tenir l’Iran responsable, et nous soutiendrons nos partenaires à travers le Moyen-Orient pour faire face à des menaces similaires de la part de l’Iran”, a déclaré le conseiller à la sécurité nationale de la Maison Blanche, Jake Sullivan, dans un communiqué. “Les États-Unis d’Amérique soutiennent la pleine souveraineté, l’indépendance et l’intégrité territoriale de l’Irak.”

Aucune installation américaine n’a été endommagée ni aucun membre du personnel blessé, a déclaré le porte-parole du département d’État Ned Price aux journalistes à Washington. Les États-Unis n’avaient aucune indication que l’attaque était dirigée contre les États-Unis, a-t-il déclaré.

Les puissants gardiens de la révolution iraniens ont déclaré sur leur site Internet qu’ils avaient attaqué ce qu’ils ont décrit comme un centre d’espionnage israélien à Erbil. Il n’a pas donné de détails, mais dans un communiqué, il a déclaré qu’Israël était passé à l’offensive, citant la récente frappe qui a tué deux membres des Gardiens de la révolution. L’agence de presse semi-officielle Tasnim a cité une source anonyme disant que l’Iran avait tiré 10 missiles Fateh, dont plusieurs missiles Fateh-110, qui ont une portée d’environ 300 kilomètres (186 miles).

La source a affirmé que l’attaque avait fait plusieurs victimes. Il n’y a eu aucun commentaire immédiat d’Israël sur les allégations ou le barrage de missiles iraniens.

Un responsable irakien à Bagdad a d’abord déclaré que plusieurs missiles avaient touché le consulat américain à Erbil, qui est nouveau et inoccupé, ajoutant qu’il avait été la cible prévue de l’attaque. Plus tard, Lawk Ghafari, le chef du bureau des médias étrangers du Kurdistan, a déclaré qu’aucun des missiles n’avait touché l’installation américaine mais que des zones résidentielles autour du complexe avaient été touchées.

Suite à une réunion du Cabinet, le gouvernement irakien à Bagdad a réitéré son refus d’autoriser l’utilisation de l’Irak pour régler des comptes entre d’autres pays et a déclaré qu’il avait demandé des explications aux dirigeants iraniens.

La chaîne de diffusion par satellite Kurdistan24, située près du consulat américain, a été diffusée depuis leur studio peu après l’attaque, montrant des éclats de verre et des débris sur le sol de leur studio.

L’attaque est survenue plusieurs jours après que l’Iran a déclaré qu’il riposterait à une frappe israélienne près de Damas, en Syrie, qui a tué deux membres de ses gardiens de la révolution. Dimanche, l’agence de presse publique iranienne IRNA a cité des médias irakiens reconnaissant les attaques à Erbil, sans dire d’où elles venaient.

Le barrage de missiles a coïncidé avec des tensions régionales. Les négociations à Vienne sur l’accord nucléaire en lambeaux de Téhéran ont marqué une «pause» sur les demandes russes concernant des sanctions visant Moscou pour sa guerre contre l’Ukraine. Pendant ce temps, l’Iran a suspendu ses pourparlers secrets négociés par Bagdad visant à désamorcer les tensions de plusieurs années avec son rival régional l’Arabie saoudite, après que l’Arabie saoudite a procédé à sa plus grande exécution de masse connue de son histoire moderne avec plus de trois douzaines de chiites tués.

Les responsables de la sécurité irakienne ont déclaré qu’il n’y avait pas eu de victimes dans l’attaque d’Erbil, qui, selon eux, s’est produite après minuit et a causé des dégâts matériels dans la région. Ils ont parlé sous couvert d’anonymat conformément à la réglementation.

L’un des responsables irakiens a déclaré que les missiles balistiques avaient été tirés depuis l’Iran, sans donner plus de détails. Il a déclaré que les missiles Fateh-110 de fabrication iranienne avaient probablement été tirés en représailles aux deux gardiens de la révolution tués en Syrie.

Les forces américaines stationnées dans l’enceinte de l’aéroport d’Erbil ont essuyé des tirs de roquettes et de drones dans le passé, des responsables américains accusant des groupes soutenus par l’Iran.

Le haut commandant américain pour le Moyen-Orient a mis en garde à plusieurs reprises contre les menaces croissantes d’attaques de l’Iran et des milices soutenues par l’Iran contre les troupes et les alliés en Irak et en Syrie.

Dans une interview avec l’Associated Press en décembre, le général de marine Frank McKenzie a déclaré que si les forces américaines en Irak sont passées à un rôle non combattant, l’Iran et ses mandataires veulent toujours que toutes les troupes américaines quittent le pays. En conséquence, a-t-il dit, cela pourrait déclencher davantage d’attaques.

L’administration Biden a décidé en juillet dernier de mettre fin à la mission de combat américaine en Irak d’ici le 31 décembre, et les forces américaines sont progressivement passées à un rôle consultatif l’année dernière. Les troupes fourniront toujours un soutien aérien et d’autres aides militaires pour la lutte de l’Irak contre l’État islamique.

La présence américaine en Irak a longtemps été un point d’éclair pour Téhéran, mais les tensions ont augmenté après qu’une frappe de drones américains en janvier 2020 près de l’aéroport de Bagdad a tué un haut général iranien. En représailles, l’Iran a lancé un barrage de missiles sur la base aérienne d’al-Asad, où étaient stationnées des troupes américaines. Plus de 100 militaires ont subi des lésions cérébrales traumatiques lors des explosions.

Plus récemment, des mandataires iraniens seraient responsables d’une tentative d’assassinat à la fin de l’année dernière contre le Premier ministre irakien Mustafa al-Kadhimi.

Et des responsables ont déclaré qu’ils pensaient que l’Iran était à l’origine de l’attaque de drones d’octobre contre l’avant-poste militaire du sud de la Syrie où sont basées les troupes américaines. Aucun membre du personnel américain n’a été tué ou blessé dans l’attaque.

Al-Kadhimi a tweeté : “L’agression qui a visé la chère ville d’Erbil et semé la peur parmi ses habitants est une atteinte à la sécurité de notre peuple”.

Masrour Barzani, Premier ministre de la région semi-autonome contrôlée par les Kurdes, a condamné l’attaque. Dans un message sur Facebook, il a déclaré qu’Irbil “ne s’inclinera pas devant les lâches qui ont perpétré l’attaque terroriste”.

———

Les rédacteurs d’Associated Press Lolita C. Baldor, Calvin Woodward et Matthew Lee à Washington, Zeina Karam à Beyrouth, Amir Vahdat à Téhéran, Iran et Jon Gambrell à Dubaï, Émirats arabes unis, ont contribué à ce rapport.

———

Cette histoire a été corrigée pour montrer que les responsables américains n’ont pas dit que le consulat américain avait été endommagé.



Reference-abcnews.go.com

Leave a Comment