Le Canada acceptera désormais les tests antigéniques rapides donnés par un laboratoire, un organisme de santé ou un service de télésanté 24 heures avant l’arrivée d’une personne par les airs ou la terre.

Rectificatif :

Une version précédente de ce texte affirmait qu’il était possible de passer un test antigénique dans les 24 heures suivant l’arrivée au Canada. Or, le test doit être réalisé dans les 24 heures précédant l’arrivée.

Les tests moléculaires, comme les tests PCR, seront toujours acceptés dans les 72 heures suivant l’arrivée.

Les tests antigéniques sont généralement moins chers que les tests PCR et sont plus faciles à obtenir.

De plus, le gouvernement ne recommandera plus aux Canadiens d’éviter les voyages à des fins non essentielles.

Plusieurs voitures sont stationnées devant des commerces un peu anciens d'une rue principale de Lethbridge.

Une rue commerçante de Lethbridge

Photo : Radio-Canada / Audrey Neveu

Espoir à Lethbridge

La présidente de l’organisme Tourism Lethbridge, Erin Crane, y voit là une bonne nouvelle. Nous sommes très excités, ici, dit-elle.

Je pense que moins il y a de restrictions, plus ça aide notre industrie et les entreprises touristiques de la région.

La municipalité de Lethbridge est située à environ une heure de route de la frontière canado-américaine et accueille beaucoup de voyageurs.

Le ralentissement de la circulation transfrontalière a entraîné une diminution importante de revenus pour les entreprises de la région.

Ne plus pouvoir compter sur une partie de ce trafic qui passe généralement par ici a probablement été l’une des choses les plus difficiles [de la pandémie pour l’industrie], dit Erin Crane.

Les restaurants et les hôtels ont été parmi les entreprises les plus durement touchées, selon elle.

Cela a été vraiment difficile. Le tourisme est toujours parmi les premiers secteurs les plus durement touchés, et nous allons probablement être l’un des derniers à nous rétablir, souligne-t-elle.

Toutes ces diminutions d’exigences et de restrictions vont énormément aider.

Great Falls espère le retour des Canadiens

De l’autre côté de la frontière, dans l’État du Montana, le président de la chambre de commerce de Great Falls, Shane Etzwiler, espère que ce changement encouragera les Canadiens à voyager vers le Sud.

Nous sommes ravis. Nous aimons nos voisins canadiens, lance Shane Etzwiler.

Great Falls est un endroit populaire pour les Albertains qui traversent la frontière pour aller magasiner. De nombreux Canadiens ont aussi l’habitude de s’y rendre pour prendre l’avion à moindre coût.

Avec la pandémie, l’incidence a été grande; pas seulement localement, dans les achats, les séjours à l’hôtel ou dans les restaurants, mais aussi pour les compagnies aériennes.

Je pense que plus les voyages seront facilités et les restrictions, assouplies. Ce sera une situation gagnante, tant du côté américain que canadien, ajoute-t-il.

Certains veulent la levée de tous les tests

Cependant, tous ne sont pas d’avis que ce changement dans les restrictions fera une grande différence.

C’est un tout petit changement qui ne sera pas très utile. Il faut plutôt que les tests à la frontière soient complètement éliminés, dit Barbara Barrett, directrice de l’Association frontière hors taxes, qui représente les magasins hors taxes frontaliers du Canada.

De nombreux magasins hors taxes installés le long de la frontière terrestre ont fermé temporairement ou ont été ouverts par intermittence au cours des deux dernières années et disent avoir besoin d’aide pour survivre.

Nous avons été paralysés par cette pandémie, dit Barbara Barrett.

Barbara Barrett croit que l’obligation d’obtenir un test antigénique rapide continuera à dissuader les gens de voyager, car ces tests doivent être donnés par un professionnel de la santé et ne sont pas gratuits.

C’est un obstacle pour que les gens puissent traverser facilement la frontière et ce n’est pas utile, dit-elle.

En février, le ministre fédéral de la Santé, Jean-Yves Duclos, a laissé entendre que d’autres mesures – comme l’exigence d’un test pour les Canadiens visitant les États-Unis pour des voyages de moins de 72 heures – pourraient être abandonnées si les conditions continuent de s’améliorer.

Certains médecins font valoir que les tests ne sont plus nécessaires pour voyager, mais d’autres disent qu’ils ajoutent une couche de protection supplémentaire utile.



Reference-ici.radio-canada.ca

Leave a Reply

Your email address will not be published.