Les manifestants du convoi se rassemblent à Edmonton pour le quatrième samedi consécutif


Contenu de l’article

Pour un quatrième samedi consécutif, des manifestants protestant contre les mandats de vaccination contre la COVID-19 et les restrictions de santé publique se sont rassemblés au centre-ville d’Edmonton, se joignant à un convoi de véhicules créant une congestion et une cacophonie pour la même cause.

Publicité

Contenu de l’article

Environ 200 personnes se sont rassemblées à Violet King Henry Square, juste au nord du terrain de l’Assemblée législative de l’Alberta, beaucoup agitant des drapeaux canadiens devant une série d’orateurs qui ont invoqué leur liberté d’association tout en exprimant des soupçons sur les vaccins COVID-19 et des opinions du gouvernement allant de mécontent à complotiste.

“Notre gouvernement n’a clairement démontré aucune considération pour se soucier de nous”, a déclaré un orateur devant une image du premier ministre albertain Jason Kenney superposée à un drapeau communiste.

Le rassemblement a coïncidé avec des convois voyageant le long de la rue 109, où les conducteurs ont klaxonné qui pouvaient être entendus à plusieurs pâtés de maisons.

Selon un groupe Facebook qui semblait coordonner l’activité des chauffeurs, samedi était censé voir trois convois distincts, avec des groupes au départ de Nisku et Acheson dirigés pour faire le tour d’Anthony Henday Drive, tandis qu’un autre de Sherwood Park devait parcourir une longueur de Yellowhead Piste.

Publicité

Contenu de l’article

Les conducteurs arrivant finalement au centre-ville arboraient des images du drapeau canadien sur leurs véhicules, des grossièretés adressées au premier ministre Justin Trudeau, divers appels à la « liberté » et même le drapeau de Gadsden, un drapeau américain historique avec un serpent à sonnette enroulé au-dessus des mots « ne marchez pas ». sur moi.”

Publicité

Contenu de l’article

Sur la 99e avenue à proximité, une manifestante montée sur un cheval, qui ne s’identifiait que sous le nom d’Amanda, a déclaré qu’elle assistait à «soutenir la liberté» et à protester contre les mandats de vaccination des travailleurs.

“Il ne s’agit pas seulement de vaccins, il s’agit d’avoir le choix”, a-t-elle déclaré près de l’intersection de la 109e rue où la police dirigeait la circulation. “Je pense que nous devrions être libres d’avoir nos emplois, d’aller où nous voulons, de faire ce que nous voulons.”

Une déclaration par courriel de la porte-parole du service de police d’Edmonton, Cheryl Voordenhout, a déclaré que la police estimait qu’environ 680 véhicules et 1 200 personnes avaient participé à la manifestation près du bâtiment de l’Assemblée législative de l’Alberta.

La police a émis 209 contraventions aux conducteurs de la manifestation, a-t-elle ajouté, dont 71 contraventions pour bruit (33 envoyées par la poste), 27 pour conduite distraite, deux pour des infractions au règlement et 34 pour d’autres infractions en matière de déplacement, ainsi que 75 « autres contraventions ».

Publicité

Contenu de l’article

La police a également arrêté une personne sur mandat, a déclaré Voordenhout, et a émis des avertissements sonores.

Publicité

Contenu de l’article

Sur Twitter samedi, Kenney a déclaré qu’il lancerait une contestation judiciaire contre l’invocation par Ottawa de la Loi sur les mesures d’urgence, qui donne au gouvernement fédéral plus de pouvoir pour faire face aux urgences publiques – des situations que les territoires et les lois des provinces ne peuvent pas contrôler, et comprend la capacité de réglementer ou interdire les rassemblements publics, tels que les blocus et les manifestations.

Kenney a fait cette annonce après avoir partagé une lettre qu’il a adressée au Premier ministre exprimant sa désapprobation quant à l’utilisation de la loi, qu’il a qualifiée d'”inutile” et de “disproportionnée”.

Le 11 février, un juge de la Cour du Banc de la Reine de l’Alberta a accordé à la ville d’Edmonton une injonction temporaire interdisant aux manifestants de faire retentir fréquemment ou de manière soutenue les klaxons des véhicules et autres dispositifs sonores similaires dans les limites de la ville.

Publicité

Contenu de l’article

À l’est de l’action dans le quartier d’Oliver, où le bruit a retenti bien après 17 heures, une femme de Rossdale nommée Debra qui rendait visite à sa famille dans la région a déclaré qu’elle avait trouvé les protestations du convoi ennuyeuses et déplacées.

“Ils sont bruyants, ils bloquent la circulation et ils ne prouvent rien”, a déclaré Debra, qui a caché son nom de famille par crainte des représailles des manifestants. “Ils pensent qu’ils sont les seuls Canadiens, et le reste du Canada les dépasse largement en nombre.”

Dans la perspective de la deuxième étape du plan en trois étapes de l’Alberta pour assouplir les restrictions, qui pourrait avoir lieu dès le 1er mars, Debra ne comprenait pas pourquoi les manifestants insistaient toujours pour manifester.

“Celles-ci vont toutes être levées très bientôt”, a-t-elle déclaré à propos des restrictions, “et même si ce n’est pas le cas, c’est pour la santé des gens.”

– Avec des fichiers de La Presse Canadienne et Postmedia

[email protected]

@hamdiissawi

    Publicité

commentaires

Postmedia s’engage à maintenir un forum de discussion animé mais civil et encourage tous les lecteurs à partager leurs points de vue sur nos articles. Les commentaires peuvent prendre jusqu’à une heure pour être modérés avant d’apparaître sur le site. Nous vous demandons de garder vos commentaires pertinents et respectueux. Nous avons activé les notifications par e-mail. Vous recevrez désormais un e-mail si vous recevez une réponse à votre commentaire, s’il y a une mise à jour d’un fil de commentaires que vous suivez ou si un utilisateur vous suivez des commentaires. Visitez notre Règles de la communauté pour plus d’informations et de détails sur la façon d’ajuster votre e-mail réglages.




Reference-edmontonjournal.com

Leave a Comment