Un groupe de manifestants d’un convoi de camions s’est rendu à l’aéroport d’Ottawa jeudi matin, la dernière extension de la manifestation alors qu’elle arrive à la fin de sa deuxième semaine.

Environ 30 camionnettes sont arrivées à l’aéroport peu après 8 heures du matin et ont commencé à rouler lentement autour de la boucle de l’aéroport et à klaxonner, dans les voies des arrivées et des départs.

L’un des organisateurs a déclaré lors d’un flux en direct de la manifestation qu’ils prévoyaient de rester et de ralentir l’aéroport pendant “des heures”.

Un porte-parole de l’autorité aéroportuaire a déclaré qu’environ 60 à 70 camions légers encerclaient les routes d’arrivée et de départ, et a conseillé aux personnes ayant des projets de voyage de se donner plus de temps.

“Le trafic aéroportuaire est déjà extrêmement léger en raison de la pandémie, donc l’impact jusqu’à présent est minime”, a déclaré Krista Kealey dans un e-mail. “Nous surveillons la situation avec nos équipes de sécurité et de police de l’aéroport et conseillons à tous ceux qui voyagent aujourd’hui de se donner plus de temps pour se rendre à l’aéroport.”

“Nous sommes très déçus que les manifestants aient choisi de perturber une industrie déjà décimée par la pandémie”, a-t-elle ajouté. “La perturbation de notre aéroport nuira aux personnes qui souffrent déjà, y compris les passagers et les employés qui dépendent de notre industrie pour leur subsistance et leur bien-être.”

La dernière décision des manifestants est intervenue quelques jours après qu’un juge a accordé une injonction provisoire de 10 jours pour faire taire les klaxons du centre-ville. Cependant, cette injonction ne s’applique qu’à une zone spécifique du cœur de la ville.

La police d’Ottawa a émis un avertissement mercredi aux manifestants qui bloquent les rues du centre-ville, ils pourraient faire face à des accusations criminelles, et les Services des règlements augmentent les amendes pour les infractions au bruit et à la marche au ralenti dans le but de briser la manifestation qui a bloqué plusieurs rues du centre-ville.

La police a déclaré jeudi matin que des agents avaient négocié pour qu’une douzaine de camions supplémentaires quittent la zone de rassemblement sur Coventry Road, près du stade de baseball d’Ottawa.

Dix camions ont également quitté le secteur Bank et Laurier, et un a été remorqué pour entrave à la circulation près des rues Nepean et Bank.

Le maire Jim Watson dit qu’il est convaincu que des ressources policières supplémentaires seront sur le terrain à Ottawa d’ici la fin de semaine alors que la manifestation atteint un 14e journée.

Watson dit qu’il a eu des conversations “encourageantes” avec le premier ministre Justin Trudeau et des responsables fédéraux pour des ressources accrues, après que le chef de la police d’Ottawa, Peter Sloly, a déclaré que le service avait besoin de 1 800 agents et employés supplémentaires pour surveiller la manifestation.

“Je suis convaincu que nous verrons des agents supplémentaires ici pour le week-end, qui ont tendance à être les moments les plus difficiles en ce qui concerne le comportement dans la zone rouge”, a déclaré Watson mercredi, notant que les agents pourraient devoir voyager de partout dans le pays à Ottawa.

“J’ai dit très clairement qu’il y a un sentiment d’urgence que nous avons besoin de ces officiers le plus tôt possible, et ce message a été reçu et reconnu.”

Le ministre de la Sécurité publique, Marco Mendicino, a déclaré aux journalistes que la GRC coordonnait avec la police d’Ottawa et la police provinciale de l’Ontario des ressources supplémentaires.

“Nous continuerons à fournir ce soutien, autant que possible”, a déclaré Mendicino, ajoutant que les responsables étudient le plan de la police d’Ottawa pour plus de ressources.

Watson devait s’entretenir avec la solliciteure générale de l’Ontario, Sylvia Jones, plus tard mercredi.

La police avertit les personnes restant dans la zone de démonstration que c’est une infraction criminelle d’entraver, d’interrompre ou d’interférer avec l’utilisation, la jouissance ou le fonctionnement légitimes d’une propriété.

“L’acte illégal de bloquer des rues dans le centre-ville a pour effet de priver les personnes de l’utilisation, de la jouissance et de l’exploitation légales de leur propriété”, a déclaré la police, ajoutant que l’infraction est connue sous le nom de méfait à la propriété.

“Nous vous informons que toute personne bloquant des rues ou aidant d’autres personnes dans le pâté de rues peut commettre une infraction pénale. Vous devez immédiatement cesser toute activité illégale ou vous pourriez faire l’objet d’accusations.”

Entre-temps, les Services des règlements municipaux d’Ottawa ont reçu l’approbation judiciaire d’augmenter les amendes pour les infractions aux règlements.

Amendes pour infractions (amende précédente entre parenthèses)

  • Règlement sur le bruit – 1 000 $ (490 $)

  • Règlement sur la marche au ralenti – 1 000 $ (100 $)

  • Utilisation du règlement sur l’entretien des routes – 1 000 $ (350 $)

  • Règlement sur les feux en plein air – 1 000 $ (100 $)

CONTRE-PROTESTATION

Les résidents marre de l’occupation en cours se sont réunis au quartier général de la police d’Ottawa sur la rue Elgin mercredi soir pour une autre contre-manifestation.

« Les citoyens d’Ottawa méritent une ville sécuritaire où vivre », a déclaré Chris Ducas, l’un des organisateurs. «Nous cherchons simplement à récupérer notre ville. Nous n’essayons pas d’être conflictuels avec les occupants ou la police.

Ducas a déclaré que le groupe avait des centaines de partisans en ligne, mais que seuls quelques-uns se tenaient à l’aise devant le siège de la police pour des raisons de sécurité.

Il a également appelé à un «audit complet» de la façon dont les choses en sont arrivées à ce point.

“Il faut comprendre pourquoi la police d’Ottawa n’a pas écouté le gouvernement fédéral en ce qui concerne le maintien des camions hors du centre-ville”, a-t-il déclaré, “Il faut présenter des excuses aux résidents… du centre-ville coeur. Leurs vies ont été terrorisées au cours des deux dernières semaines.

“La police les a déçus, franchement.”

INJONCTION

Le principal avocat de la ville d’Ottawa a déclaré que la ville était en pourparlers avec la police d’Ottawa au sujet d’une éventuelle injonction visant la manifestation.

“Mon équipe est prête à agir rapidement, nous sommes prêts … ce matériel est prêt à partir, nous avons juste besoin d’identifier ce que nous demanderions au tribunal d’arrêter. Et ensuite à quoi ressembleraient les outils d’application”, avocat de la ville dit David White.

White dit que la ville doit s’assurer que l’application de l’injonction n’est pas trop large et que la police peut l’appliquer.

– avec des fichiers de Natalie van Rooy, CTV News Ottawa




Reference-ottawa.ctvnews.ca

Leave a Reply

Your email address will not be published.