Les créateurs de mode autochtones tutoient la haute couture


Dans le nord du Canada, il faut généralement débourser plusieurs centaines de dollars pour une paire de gantelets perlés cousus par des artisans autochtones. Dans le monde de la haute couture – une voix prise par certains artistes – le même article pourrait se vendre pour 10 fois plus cher.

D’Arcy Moses, un créateur de mode de la Première Nation Pehdzeh Ki des Territoires du Nord-Ouest, affirme que la couture autochtone trouve de plus en plus sa place dans le domaine du luxe à cause de l’unicité des créations, avec des conceptions originales et faites main par des artisans ayant accumulé des décennies d’expérience.

Il se rappelle avoir demandé à un ami combien serait vendue une paire de gantelets dénés entièrement perlés dans une maison de couture parisienne haut de gamme comme Lesage.

Il m’a dit “Lesage les vendrait facilement pour 10 000 $ US”. Alors, imaginez la valeur de tous les gantelets fabriqués dans le Nord.

Un homme regarde la caméra, en arrière plan des objets pour faire de la couture.

Le créateur de mode déné D’Arcy Moses enseigne aux prochains grands stylistes au Centre pour les arts et la créativité de Banff.

Photo : CBC / David Mercer

La demande est déjà là et continue d’augmenter pour les créations autochtones, affirment les créatrices Suzan Marie et Lucy Yakeleya.

J’ai remarqué que beaucoup de monde veut se procurer des boucles d’oreilles faites par les Autochtones ces jours-ci, elles sont tellement cool, observe la seconde.

Mme Marie crée des boucles d’oreilles en poils de caribou avec des matériaux naturels provenant des animaux et de la terre : Il y a longtemps, nous ne vendions pas nos produits à leur vraie valeur. Maintenant, nous avons cette résurgence, nous vendons nos produits à leur juste valeur.

Mélanger techniques traditionnelles et modernes

Les trois stylistes sont parmi les professeurs d’un programme de haute couture qui a lieu actuellement au Centre pour les arts et la créativité de Banff, en Alberta. Après deux semaines de cours et alors qu’il leur reste une semaine à enseigner, ils se disent frappés par la créativité dont font preuve les étudiants.

C’est incroyable la façon dont leurs idées se forment, affirme Mme Yakeleya.

Une femme assise à une table éclairée enseigne à un groupe de jeunes une technique traditionnelle pour coudre des piquants de porc-épic.

Lucy Yakeleya, dirigeant sur cette image un atelier de piquants de porc-épic en 2015, est l’une des enseignantes d’un programme de haute couture autochtone au Centre pour les arts et la créativité de Banff, en Alberta.

Photo : Mitch Wiles / CBC

Avec toutes les ressources disponibles au centre de Banff, les participants ont beaucoup d’options pour réaliser leurs créations. Ils peuvent choisir différentes façons de teindre ou de couper à travers le cuir. Ils peuvent aussi utiliser des imprimantes 3D.

Selon M. Moses, il s’agit d’un mélange interculturel de techniques de couture traditionnelles et de technologie moderne.

« Ce qu’on fait ici c’est révolutionnaire, car nous mélangeons des techniques très traditionnelles utilisées par nos arrières grands-mères et grands-mères avec de la technologie. »

— Une citation de  D’Arcy Moses, un créateur de mode originaire de la Première Nation Pehdzeh Ki

La formation donne également aux participants la chance d’apprendre des techniques de couture qu’ils n’ont pas eu l’occasion de connaître jusqu’à présent.

Mme Yakeleya cite l’utilisation de piquants de porc-épic en exemple. La méthode traditionnelle de couture consiste à les aplatir et à les coudre sur la peau ou le matériau.

Ils sont très enthousiastes à l’idée d’apprendre ces techniques traditionnelles, dit-elle.

Suzan Marie affirme que non seulement le programme leur a donné l’espace pour se rassembler et collaborer, mais le centre a une approche qui met en avant la compassion, puisqu’il a pris soin d’aborder tous les déclencheurs que les enseignants et les participants peuvent avoir du fait d’être dans un cadre institutionnel.

Cela nous donne tout l’espace dont nous avons besoin pour créer.

Avec les informations de Meghan Roberts et April Hudson

Bannière promotionnelle avec le texte : Explorez les histoires du Grand Nord, ICI Grand Nord



Reference-ici.radio-canada.ca

Leave a Comment