Le syndicat qui représente les ambulanciers provinciaux, le Health Science association of Alberta (HSSA), tire la sonnette d’alarme depuis des mois à ce sujet, dénonçant les temps d’attente et les problèmes pour obtenir des services.

Ce que ces données montrent, c’est qu’il ne s’agit pas d’anecdotes, estime Lorian Hardcastle, la professeure de droit et en politiques de la santé à l’école de médecine Cumming de l’Université de Calgary.

Ce ne sont pas seulement des cas particuliers qui passent entre les mailles du filet. Cela semble être un problème plus persistant et répandu.

Les données montrent que le nombre d’alertes rouges – quand aucune ambulance n’est disponible pour répondre au prochain appel – est passé d’une moyenne de 57 par mois en 2019 à un pic de près de 558 en septembre 2020. La moyenne pour 2021 était de près de 200 alertes rouges par mois.

Le budget provincial a promis un financement additionnel de 64 millions de dollars pour faire face aux défis du système d’ambulance. Une enveloppe de 587 millions de dollars sera dédiée aux services d’urgence en 2022-2023, une augmentation de 12,2 % par rapport aux 523 millions de dollars de cette année.

L’augmentation des dépenses est une excellente nouvelle et, malheureusement, elle se fait attendre depuis longtemps. Les services d’urgence sont en crise depuis longtemps , dit Elliott Davis, le nouveau président de l’Association des pompiers professionnels du comté de Strathcona, qui est aussi ambulancier.

Le directeur des communications pour le ministère de la Santé, Chris Bourdeau, indique qu’il y a eu une augmentation de 30 % de la demande pour des services d’urgence dans certaines régions de la province cette année.

Comme d’autres secteurs de la santé, la demande pour des ambulances a été sans précédent en raison notamment de la pandémie de la COVID-19 et un certain retour à un niveau d’activité régulier, a-t-il écrit.

Chris Boudreau explique que l’objectif du financement additionnel est de remédier aux pénuries de personnel dues à la maladie, à la fatigue et au stress.

L’argent permettra d’ajouter des équipes et du personnel d’ambulance terrestre et aérienne et ira à la mise en oeuvre d’une initiative pour s’attaquer à la fatigue des équipes.

Les données montrent également que les répartiteurs du 911 ont dû raccrocher à 696 appels en juillet 2021, une augmentation importante comparativement aux 46 appels non répondus au mois de juillet en 2020.

Hausse des déconnexions au 911

Les répartiteurs du 911 doivent généralement raccrocher pour les appels moins urgents quand le volume d’appels dépasse leur capacité de réponse. Ils doivent assurer un triage en répondant aux appels entrants pour s’assurer que les appels plus urgents soient traités.

Au début de 2021, Services de santé Alberta (HSA) a centralisé la répartition des appels 911 gérés auparavant par les municipalités.

Les maires de Calgary, de Lethbridge, de Red Deer et de la municipalité de Wood Buffalo ont exprimé de profondes inquiétudes quand la décision a été prise, disant que cela aurait un impact négatif sur le service 911.

L’attaché de presse du ministre des Affaires municipales, Scott Johnston, a déclaré dans un courriel que le gouvernement prévoyait d’ajouter 40 millions de dollars au financement des centres de répartition du 911 l’an prochain.

Selon Lorian Hardcastle, il n’est pas certain si la fusion a entraîné l’augmentation des déconnexions du 911.

Elle dit que le gouvernement doit d’abord et avant tout s’attaquer à l’épuisement professionnel du personnel et à l’amélioration de ses relations avec les travailleurs de la santé.

L’argent ne peut résoudre qu’une partie du problème, selon Lorian Hardcastle.

Le gouvernement doit vraiment renverser la vapeur et régler sa relation avec les travailleurs de la santé, s’il veut recruter du personnel.

Avec les informations de Rob Easton et de Mylène Briand



Reference-ici.radio-canada.ca

Leave a Reply

Your email address will not be published.