Indigenous pensions | The World Press Photo became a Canadian


(The Haye). Press photo of l’année 2022.

Posted at 9:30

The cliché said by the documentary photography based on Edmonton, Amber Bracken, is “a calm moment of reflection […] Sur l’histoire de la colonization non seulement au Canada, mais dans le monde entier”, declared by Rena Effendi.

À droite du cliché, published by him New York Timesdes robes de petites filles rouges et ocres sont pendues à des croix à côté d’une autoroute à Kamloops, a petite ville in Colombie-Britannique.

À gauche, un arc-en-ciel ends sa courbe près du lieu où le charnier a été découvert, siège d’un soi-disant pensionnat, created il ya un siècle pour assimiler de force la population indigéne.

Cette image “inspire a sort of sensory reaction”, to declare a swear.

Ce charnier a été le premier d’une serie à être découvert, forçant les Canadiens à affronter leur passé colonial. De nombreuses enquêtes sur ces anciens pensionnats indiens sont en cours à travers le pays.

“I don’t have the impression that this is a photo that pourrait m’appartenir”, a statement to AFP MI Fern, 38 years old. “It is a representation of the one who chose who was created by the community to honor and remember his lost children,” I explained to her.

The authorities estimate that more than 4000 children pourraient être portés disparate.

D’autres fotografias primées cette année ont également salué la mise en avant de communautés autochtones à travers le monde.

  • Australian documentary filmmaker Matthew Abbott remembered the first prize in the Histoire de l'année category.

    PHOTO MATTHEW ABBOTT, ASSOCIATED PRESS

    Australian documentary filmmaker Matthew Abbott remembered the first prize in the Histoire de l’année category.

  • Sa serie d'images montre comment le peuple natif de Nawarddeken de la lointaine terre d'Arnhem use le feu comme efficace tool de gestion des terres against le changement climatique.

    PHOTO MATTHEW ABBOTT, ASSOCIATED PRESS

    Sa serie d’images montre comment le peuple natif de Nawarddeken de la lointaine terre d’Arnhem use le feu comme efficace tool de gestion des terres against le changement climatique.

  • PHOTO MATTHEW ABBOTT, ASSOCIATED PRESS

  • PHOTO MATTHEW ABBOTT, ASSOCIATED PRESS

1/4

The Australian documentary filmmaker Matthew Abbott remembered the first prize in the Histoire de l’année category with a series of images montrant comment le peuple natif de Nawarddeken de la lointaine terre d’Arnhem a use le feu comme efficace outil de gestion des lands against the climatic change.

Grâce à une pratique appelée « combustion à froid », les indigènes allument des petits brasiers pendant la saison fraîche, brûlant les sous-bois et la brousse hautement inflammables, ce qui aide à prévenir les incendies de forêt — qui ont dévasté l’Australie touchée for an Augmentation des vagues de chaleur.

«Cela a été fait pendant des dizaines de millers d’années», declared M. Abbott à l’AFP, «mais maintenant, avec le changement climatique si rapide, ces pratiques sont pleinement testées».

The lauréats received a reward of 6,000 euros ($ 8,240) and their work will be exhibited from April 15 in Amsterdam avant d’être montré dans le monde entier.




Reference-www.lapresse.ca

Leave a Comment