GoFundMe met fin à la collecte de fonds pour les manifestants du convoi canadien – News 24

TORONTO (AP) – Le premier ministre conservateur de l’Ontario a appelé vendredi les manifestants à mettre fin à «l’occupation» d’Ottawa, tandis que le site de financement participatif GoFundMe a déclaré qu’il rembourserait ou redirigerait vers des organismes de bienfaisance la grande majorité des millions recueillis par les manifestants protestant contre les mesures COVID-19 au Canada Capitale.

Le chef de la police d’Ottawa, Peter Sloly, a déplacé 150 agents dans les parties de la capitale les plus touchées, mais il n’a donné aucune indication sur la fin de la manifestation de plusieurs jours, affirmant que la police s’attendait à ce qu’elle reprenne ce week-end, alors que des manifestations sont également prévues à Toronto et au Québec. Ville.

« Ce n’est plus une manifestation. C’est devenu une occupation », a déclaré le premier ministre de l’Ontario, Doug Ford. “Il est temps que cela se termine.”

Ford a déclaré que la province est sur le point de revenir à la normale dans la pandémie et que les manifestations sont un droit constitutionnel, mais il a déclaré qu’une occupation est inacceptable.

GoFundMe a déclaré avoir coupé le financement des organisateurs, car il avait déterminé que l’effort violait les conditions d’utilisation du site en raison d’une activité illégale. Il avait déjà suspendu l’effort de collecte de fonds, qui avait recueilli environ 10 millions de dollars canadiens (7,8 millions de dollars américains).

“Nous avons maintenant des preuves des forces de l’ordre que la manifestation auparavant pacifique est devenue une occupation, avec des rapports de police faisant état de violences et d’autres activités illégales”, a déclaré GoFundMe dans un communiqué.

“Aucun autre fonds ne sera directement distribué.”

La police d’Ottawa les a remerciés d’avoir écouté les préoccupations et a appelé “tous les sites de financement participatif à suivre”. Le maire d’Ottawa, Jim Watson, a fait de même et a déclaré qu’il espérait que limiter le financement limiterait leur capacité à rester.

Les organisateurs de la manifestation font également face à un recours collectif pour le bruit continu du klaxon, déposé au nom des résidents.

Sloly a reconnu que «la confiance a été affectée» alors que les résidents d’Ottawa sont furieux contre les klaxons retentissants, les embouteillages et le harcèlement auxquels ils ont été confrontés. Beaucoup se plaignent que la police n’a pas fait grand-chose et ils appellent cela une occupation.

“Si nous savions que cela allait s’infiltrer dans les quartiers, nous aurions déployé plus de ressources dans ces quartiers”, a déclaré le chef adjoint de la police, Steve Bell. « Nous avons écouté notre communauté. Ils sont bouleversés, ils ont peur.

Des milliers de manifestants protestant contre les mandats de vaccination et d’autres restrictions liées au COVID-19 sont descendus dans la capitale le week-end dernier, bloquant délibérément la circulation autour de la Colline du Parlement. La police estime qu’il en restait environ 250, mais Bell a déclaré qu’ils s’attendaient à 300 à 400 camions supplémentaires ce week-end et à plus de 1 000 manifestants à pied. Il a ajouté que jusqu’à 1 000 contre-manifestants étaient également attendus.

Le «convoi de camions de la liberté» a attiré le soutien de l’ancien président américain Donald Trump et du parti conservateur fédéral d’opposition au Canada, mais deux législateurs du parti conservateur fédéral ont rompu avec le parti et ont déclaré que la manifestation devait prendre fin.

« J’ai passé la semaine à subir le siège d’Ottawa », a tweeté le législateur conservateur Pierre Paul-Hus. “Je demande que nous déblayions les rues et que nous arrêtions cette occupation contrôlée par des radicaux et des groupes anarchistes.”

Le sénateur Dennis Patterson a quitté le caucus conservateur.

« Je déplore et dénonce de tout cœur et sans réserve ce qui se passe à Ottawa avec le soi-disant Freedom Convoy en ce moment. Soyons clairs : si vous vous emballez ou agitez un drapeau nazi ou confédéré, vous vous déclarez une personne qui embrasse la haine, le sectarisme et le racisme », a déclaré Patterson dans un communiqué.

Le parti conservateur a évincé son chef de parti modéré cette semaine et le chef par intérim a exprimé son soutien aux manifestants.

De nombreux Canadiens ont été indignés après que certains manifestants aient uriné et se soient garés sur le Monument commémoratif de guerre du Canada. On a dansé sur la Tombe du Soldat Inconnu. Un certain nombre portaient des pancartes et des drapeaux avec des croix gammées.

Les manifestants ont déclaré qu’ils ne partiraient pas tant que tous les mandats et les restrictions COVID-19 n’auront pas disparu. Ils demandent également la destitution du gouvernement Trudeau, bien qu’il soit responsable de quelques-unes des mesures, dont la plupart ont été mises en place par les gouvernements provinciaux.

Tard jeudi, le ministre fédéral de la Sécurité publique, Marco Mendicino, a déclaré que la Gendarmerie royale du Canada avait approuvé la demande du maire visant à ce que la police nationale soutienne la police municipale.

Les organisateurs, y compris ceux qui ont épousé des opinions racistes et suprématistes blanches, avaient collecté des millions pour le «convoi de camions de la liberté» à travers le pays contre les mandats de vaccination et autres restrictions. Des manifestations sont également prévues à Toronto, à Québec et à Victoria, en Colombie-Britannique. La police de Toronto a fermé une rue au sud de la législature provinciale où se trouvent cinq grands hôpitaux. Un convoi de camions semi-tracteurs s’est installé au nord de l’Assemblée législative et a klaxonné vendredi soir.

Dans un communiqué, la mairesse de Victoria, Lisa Helps, a déclaré avoir déjà vu des maisons arborant des panneaux soutenant les travailleurs de la santé, des personnes utilisant un langage antisémite et raciste et des personnes violant les ordonnances sanitaires en entrant dans des entreprises sans masque.

L’Alliance canadienne du camionnage, une fédération représentant les camionneurs de tout le pays, a estimé que 85 % des camionneurs au Canada sont vaccinés. Il s’oppose à la contestation.

Certains des manifestants protestent contre une règle entrée en vigueur le 15 janvier exigeant que les camionneurs entrant au Canada soient complètement immunisés contre le coronavirus. Les États-Unis ont la même règle pour les camionneurs entrant aux États-Unis

Reference-www.eastidahonews.com

Leave a Comment