EXPLAINER : L’alerte de Poutine modifie-t-elle le risque de guerre nucléaire ?


WASHINGTON (AP) – La menace implicite du président russe Vladimir Poutine de transformer la guerre en Ukraine en un conflit nucléaire plus large offre au président Joe Biden des choix rarement envisagés à l’ère atomique, notamment l’augmentation du niveau d’alerte des forces nucléaires américaines.

Cette tournure des événements est d’autant plus remarquable qu’il y a moins d’un an, Poutine et Biden ont publié une déclaration lors de leur sommet de Genève qui semblait plus conforme à l’idée que la menace de guerre nucléaire était une relique de la guerre froide. “La guerre nucléaire ne peut pas être gagnée et ne doit jamais être menée”, ont-ils convenu.

Poutine a dit dimanche à ses hauts responsables de la défense et de l’armée de placer les forces nucléaires dans un “régime spécial de devoir de combat”, mais il n’était pas immédiatement clair comment cela aurait pu changer le statut des forces nucléaires russes, voire pas du tout. La Russie, comme les États-Unis, maintient ses missiles balistiques intercontinentaux terrestres, ou ICBM, dans un état de préparation élevé à tout moment, et on pense que les missiles nucléaires russes basés sur des sous-marins, comme ceux des États-Unis, sont positionnés de la même manière.

Poutine a indiqué qu’il répondait aux sanctions économiques imposées par les États-Unis et d’autres pays occidentaux ces derniers jours pour son invasion de l’Ukraine, ainsi qu’aux “déclarations agressives concernant notre pays”, qu’il n’a pas davantage expliquées.

L’administration Biden évaluait la décision de Poutine, qui, selon elle, aggraverait inutilement un conflit déjà dangereux. En fait, les paroles de Poutine représentent le genre de menace rarement entendue même pendant la période de la guerre froide, lorsque des arsenaux nucléaires considérablement plus importants des États-Unis et de l’ex-Union soviétique menaçaient le monde d’Armageddon nucléaire.

COMMENT CELA MODIFIE-T-IL LE RISQUE DE GUERRE NUCLÉAIRE ?

Les responsables américains, bien que troublés par les propos de Poutine, ont indiqué qu’ils ne savaient pas ce qu’il avait l’intention de faire. Mais il est si rare qu’un dirigeant américain ou russe prononce une menace nucléaire implicite, en particulier dans le contexte actuel de la guerre en Ukraine, que le risque qu’il devienne nucléaire ne peut être écarté. En Russie, comme aux États-Unis, le président est seul habilité à ordonner une frappe nucléaire.

Les États-Unis et la Russie possèdent, de loin, les deux plus grands arsenaux nucléaires au monde. Ils comprennent des armes pouvant être larguées par des avions, des sous-marins et des missiles balistiques terrestres. La seule fois dans l’histoire où des armes nucléaires ont été utilisées au combat, c’est lorsque les États-Unis ont bombardé le Japon à deux reprises en août 1945, et à ce moment-là, les États-Unis avaient un monopole mondial sur les armes nucléaires. L’Union soviétique a testé avec succès sa première bombe en 1949.

Daryl Kimball, directeur exécutif de l’Arms Control Association, a déclaré que l’ordre de Poutine de mettre ses forces nucléaires en état d’alerte était regrettable mais pas une surprise totale compte tenu de ses précédentes menaces implicites contre toute nation qui tentait de l’arrêter en Ukraine.

“Insérer des armes nucléaires dans l’équation de la guerre en Ukraine à ce stade est extrêmement dangereux, et les États-Unis, le président Biden et l’OTAN doivent agir avec une extrême retenue” et ne pas répondre en nature, a déclaré Kimball. “C’est un moment très dangereux dans cette crise, et nous devons exhorter nos dirigeants à s’éloigner du gouffre nucléaire.”

QUE SIGNIFIE METTRE LES ARMES NUCLÉAIRES EN ALERTE ?

Selon la doctrine nucléaire américaine, le niveau d’alerte des armes est au cœur de leur rôle de dissuasion. L’idée est qu’être prêt à réagir à court préavis rend un ennemi moins susceptible d’attaquer en premier lieu et de risquer des représailles qui causeraient des dégâts incalculables.

Un contre-argument est que le fait d’avoir des ICBM, que le Pentagone appelle la partie la plus réactive de son arsenal nucléaire, en état d’alerte élevée pendant une crise comprime la marge de décision d’un président et laisse ouverte la possibilité d’ordonner leur lancement en réponse à une fausse alerte. Les 400 ICBM américains déployés sont armés en permanence.

Certains experts en matière de contrôle des armements ont plaidé en faveur du retrait des ICBM d’alerte élevée en séparant les missiles de leurs ogives nucléaires. Mais dans une crise, peut-être comme celle impliquée par l’ordre d’alerte de Poutine dimanche, une décision de réarmer les missiles serait considérée comme une escalade qui pourrait aggraver la crise.

Pendant la guerre froide, les armes américaines et russes étaient non seulement plus nombreuses, mais également dans un état de préparation plus élevé. En 1991, le président George HW Bush a pris la décision historique de mettre hors d’état d’alerte les bombardiers stratégiques américains à capacité nucléaire dans le cadre d’un mouvement plus large visant à inverser la course aux armements nucléaires. Depuis lors, les bombardiers sont restés hors d’état d’alerte.

COMMENT LES ÉTATS-UNIS ONT-ILS RÉPONDU À POUTINE JUSQU’À PRÉSENT ?

Il n’y a aucune preuve que l’administration Biden ait rendu la pareille à l’annonce de Poutine selon laquelle il ordonnait à ses forces nucléaires un «régime spécial de devoir de combat» – peut-être en partie parce qu’il n’était pas clair ce que cela signifie en termes pratiques.

Il n’y a pas non plus eu de nouvelles de Washington indiquant que Poutine avait pris des mesures inquiétantes telles que le chargement d’armes nucléaires sur tout ou partie de la flotte aérienne à capacité nucléaire de la Russie ou l’envoi de sous-marins de missiles balistiques supplémentaires en mer.

En plus de sa force nucléaire stratégique, Poutine possède au moins quelques milliers d’armes nucléaires dites non stratégiques, telles que des missiles balistiques et de croisière à plus courte portée. Ils sont dits non stratégiques car ils ne peuvent pas atteindre le territoire américain. Mais ce n’est guère rassurant pour les pays d’Europe qui se trouvent à portée de ces armes. Les États-Unis possèdent environ 200 armes non stratégiques en Europe ; ce sont des bombes qui seraient larguées par des avions basés en Europe.

Pendant des années, certains responsables américains ont craint que Poutine, s’il était confronté à la perspective de perdre une guerre en Europe, ne recoure à l’utilisation d’armes nucléaires non stratégiques, pensant que cela mettrait rapidement fin au conflit à ses conditions.



Reference-apnews.com

Leave a Comment