Des enclos pour protéger les caribous qui laissent entrer les prédateurs


C’est pourquoi le ministère a indiqué cette semaine que la capture des femelles gestantes de la harde de caribous de la Gaspésie, qui devaient trouver un abri dans ces enclos, a été annulée et reportée à l’hiver prochain.

Selon le ministère, l’équipe de conception des clôtures avait considéré une accumulation moyenne de neige d’environ deux mètres, prévoyant également un dégagement minimal d’un autre deux mètres.

Or l’accumulation de neige, amplifiée par les vents en Gaspésie, auraient permis aux prédateurs de se frayer un chemin à plusieurs endroits.

Une clôture recouverte de géotextile noir dans une forêt.

L’équipe de conception des clôtures n’avait pas appréhendé une accumulation moyenne de neige aussi grande (archives).

Photo : Gracieuseté : Daniel Bélanger

Pour remédier au problème, le gouvernement prévoit un entretien régulier du site, et non de rehausser les clôtures. Si elles sont trop hautes, elles pourraient se fragiliser à cause des intempéries.

Malgré la déconvenue, le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP) croit que les enclos seront finalisés à l’été 2022, et qu’avec un entretien adéquat du site, le projet permettra la captivité des caribous femelles dès 2023.

Lors de l’annonce, mercredi, du report du projet de capture des caribous femelles, le ministère a aussi indiqué que les conditions météorologiques rendaient impossible la capture sécuritaire des individus.

Pour Alain Branchaud, directeur général de la Société pour la nature et les parcs, Société pour la nature et les parcs Québec, cet échec est la preuve que ce projet est trop risqué pour les caribous menacés d’extinction.

Il estime que la protection des habitats est primordiale pour la préservation des caribous.

« Il ne faut pas croire qu’en mettant des enclos, on va se soustraire à l’obligation de la protection des habitats pour sauvegarder le caribou de la Gaspésie. »

— Une citation de  Alain Branchaud, directeur général de la Société pour la nature et les parcs.

D’après lui, toutes les possibilités pour le rétablissement du caribou de la Gaspésie n’ont pas encore été explorées. Parmi les solutions qu’il présente, le gouvernement pourrait envisager, par exemple, de faire une sauvegarde génétique.

Québec est sommé d’intervenir

Pour la députée de Gaspé, Méganne Perry Mélançon, c’est à Québec de trouver rapidement les solutions pour sauver l’espèce.

Elle somme le ministre des Forêts de la Faune et des Parcs, Pierre Dufour, d’agir rapidement : On sait qu’il y a urgence d’agir dans le dossier, et le gouvernement du Québec traîne les pieds depuis quelques années.

Alors que le gouvernement amorcera prochainement une consultation publique pour estimer les répercussions économiques de la protection du caribou, la députée s’impatiente.

D’après l’élue, le travail a déjà été fait et le temps presse. La stratégie pour protéger le caribou sera déposée en 2024, mais que restera-t-il de ce petit cheptel en 2024?, questionne-t-elle.

Méganne Perry Mélançon considère que le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs est le mieux placé pour mesurer les répercussions d’une réorganisation des zones de coupes forestières sur l’industrie. Si ça doit être nécessaire, elle estime que Québec pourrait compenser financièrement les travailleurs qui doivent bûcher plus loin.

« C’est la responsabilité de toute une société de la sauvegarde de ce patrimoine-là. »

— Une citation de  Méganne Perry Mélançon, députée de Gaspé
Méganne Perry Mélançon répond aux questions par visioconférence.

Méganne Perry Mélançon somme le ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, Pierre Dufour, d’agir rapidement.

Photo : Radio-Canada

D’après l’élue, il faut éviter l’intervention du gouvernement fédéral, qui risque d’être sans compromis.

Le ministre de l’Environnement, Steven Guilbeault menace Québec d’intervenir dans le dossier s’il juge insuffisants les efforts mis en place pour protéger le caribou menacé d’extinction.

D’après les informations de Jean-François Deschênes



Reference-ici.radio-canada.ca

Leave a Comment