Le gérant de la Poissonnerie Arseneau Fish Market à Nigadoo, Jason Boucher, avoue que ses clients étaient très surpris et déçus par le prix élevé du crabe des neiges cette année. Selon lui, de nombreux consommateurs ont décidé de passer leur tour.

Un homme devant un présentoir, dans une poissonnerie.

Jason Boucher, gérant de la Poissonnerie Arseneau Fish Market à Nigadoo

Photo : Radio-Canada

Les clients trouvaient que c’était très dispendieux, comme produit qu’on a juste dans la mer près de chez nous, lance-t-il.

Il explique que lorsque les cargaisons sont arrivées à la poissonnerie, le prix demandé était de 28,95 $ la livre pour le crabe cuit. En Gaspésie, ce prix a même atteint 33 $ la livre.

« C’est déjà pas mal un produit de luxe qu’on pourrait dire. »

— Une citation de  Jason Boucher, gérant, Poissonnerie Arseneau Fish Market

De nombreux clients ont de la difficulté à avaler ces prix.

Les ventes n’étaient pas autant que d’habitude. Si on avait vendu auparavant 200 à 300 livres de crabe, on en vendait peut-être le tiers, parce que les consommateurs ne pouvaient se le permettre, explique Jason Boucher.

Les prix diminuent dans les poissonneries

Le prix du crabe des neiges offert aux clients locaux devrait diminuer dans les prochains jours. C’est déjà le cas à la Poissonnerie Arseneau Fish Market de Nigadoo.

Après 28,95 $ la livre, réduit à 22,95 $, le crabe entier se vend maintenant à 16,95 $ la livre depuis lundi dans cette poissonnerie.

Le crabe a eu une petite baisse aujourd’hui, qui est vraiment excellent pour les clients, dit Jason Boucher qui espère que ses clients de la région pourront finalement savourer ce crustacé.

Une poissonnerie, vue de l'extérieur.

La Poissonnerie du Creek à Caraquet au Nouveau-Brunswick

Photo : Radio-Canada / René Landry

À Caraquet, la Poissonnerie du Creek vend le crabe en entier cuit à 16,95 $ la livre mardi, une baisse d’environ trois dollars comparativement aux derniers jours.

Le prix du crabe a aussi diminué récemment au Moncton Fish Market, dans le sud-est de la province. La poissonnerie affiche le même prix pour le crabe en entier que celles dans le nord de la province, et offre aussi du crabe en section, dont le prix est passé de 29,99 $ à 24,99 $ la livre. 

Le propriétaire Louis Léger précise qu’il vend également ses produits de la mer à environ 500 restaurants dans les trois provinces des Maritimes et ailleurs, mais ajoute que les commandes se font timides, pour l’instant.

Une baisse nécessaire pour stimuler l’industrie

Gilles Thériault, négociateur en chef dans le conflit de Burnt Church.

Gilles Thériault, président de l’Association des transformateurs de crabe du Nouveau-Brunswick (archives)

Photo : Radio-Canada / Nicolas Steinbach

Pour Gilles Thériault, consultant en pêches et président de l’Association des transformateurs de crabe du Nouveau-Brunswick, des ajustements s’imposaient.

Le prix élevé des derniers jours a fait en sorte que la demande pour le crabe était réduite. Les transformateurs sont nerveux, car ils n’arrivent pas à vendre leur crabe. Les acheteurs comme les restaurateurs ou les poissonneries se font timides et décident de liquider leur inventaire, avant d’acheter de nouvelles cargaisons.

« Le crabe ne bouge pas, on n’arrive pas à écouler notre crabe! »

— Une citation de  Gilles Thériault, président de l’Association des transformateurs de crabe du Nouveau-Brunswick

D’habitude le crabe tu l’achètes et tu le revends tout de suite, mais dans ce cas ici, ca n’arrivait pas cette année, alors on était un petit peu nerveux, mais on pense qu’il y a des indices qu’il va avoir du mouvement, avec l’approche de la fête des Mères, dit-il.

Le prix offert aux pêcheurs diminue

Quelques mouvements dans l’industrie du crabe des neiges sont d’ailleurs attendus dans les prochains jours, justement. Mardi, Gilles Thériault confirme que le prix à la livre offert aux pêcheurs vient de baisser d’un dollar.

Le prix aux pêcheurs est maintenant de 7,25 $ et de 7,75 $. Parce qu’on n’arrivait pas à écouler le crabe quand le prix était de 8,25 $ et 8,75 $. C’était simplement trop élevé pour le marché, explique-t-il.

Il ajoute que ce prix est en vigueur pour l’ensemble de l’industrie du Nouveau-Brunswick, du Québec et de la Nouvelle-Écosse.

Des pêcheurs sur un quai transfèrent des crabes des neiges d'un contenant à un autre. Il y a un bateau de pêche en arrière plan.

La saison des pêcheurs de crabe des neiges des Maritimes et du Québec a débuté le 13 avril cette année.

Photo : Radio-Canada / YVES LEVESQUE

Gilles Thériault s’attend à ce que cette baisse du prix aux pêcheurs soit suffisante. Les prochains jours détermineront si la demande mondiale augmentera.

Il faut que tout le monde y trouve son compte dans cette histoire. Il faut que ça soit intéressant et rentable pour les pêcheurs, il faut que ça soit rentable pour les transformateurs et que ça soit rentable pour les gens qui vendent aux détaillants, dit-il.

Avec les informations de Mathieu Papillon, Michèle Brideau, René Landry et Marie-Emma Parenteau



Reference-ici.radio-canada.ca

Leave a Reply

Your email address will not be published.