Alors que les tensions bouillonnent, la police est critiquée pour avoir géré les manifestations hebdomadaires de Beltline


«Il est plus que temps de traiter avec des gens qui ne respectent pas la loi. Il est plus que temps de soutenir les gens dans leurs propres communautés et entreprises.

Contenu de l’article

La police de Calgary fait face à des critiques pour avoir imposé un «rassemblement pour la liberté» dans le Beltline de la ville ce week-end, alors que les tensions continuent de monter entre les manifestants du mandat anti-COVID et les contre-manifestants.

Publicité 2

Contenu de l’article

Le maire Jyoti Gondek a déclaré que la police de Calgary devait prendre davantage de mesures coercitives contre les manifestations de samedi dans le centre-ville, tandis que le premier ministre Jason Kenney a appelé les manifestants à simplement quitter les rassemblements.

Les commentaires interviennent après que des contre-manifestants se sont affrontés avec des manifestants pour une troisième semaine consécutive. Des vidéos publiées sur les réseaux sociaux ont montré l’agression de la police envers les contre-manifestants, des agents étant vus en train d’utiliser des vélos pour faire reculer les participants.

Publicité 3

Contenu de l’article

Les manifestations s’opposent aux mandats de santé publique liés au COVID-19, bien que l’Alberta ait supprimé presque toutes les restrictions virales, y compris son mandat de masque et son programme de passeport vaccinal, début mars.

Dans un fil Twitter samedi soir, Gondek a soutenu que les manifestations hebdomadaires dans la Beltline sont un «défilé», pas une protestation. Elle a dit que les participants n’ont pas de permis ou de licence et a demandé pourquoi la police n’appliquait pas les règlements à leur encontre.

“En attendant que cela disparaisse, les organismes d’application de la loi l’ont laissé se développer”, a déclaré Gondek.

«Bien que le conseil n’ait pas la capacité formelle de diriger la police ou d’autres organismes d’application de la loi, nous pouvons nous exprimer et nous tenir aux côtés de nos concitoyens de Calgary. . . Il est plus que temps de s’occuper des gens qui ne respectent pas la loi. Il est plus que temps de soutenir les gens dans leurs propres communautés et entreprises.

Publicité 4

Contenu de l’article

Publicité 5

Contenu de l’article

Des centaines de manifestants se sont rassemblés dans le Central Memorial Park pour un rassemblement samedi avant de descendre la 17e Avenue SW, leur présence ponctuée par un klaxon soutenu. C’est une continuation des manifestations qui ont eu lieu régulièrement pendant une grande partie de la pandémie de COVID-19.

Environ 100 contre-manifestants ont arrêté cette marche au 5A Street et 17th Avenue SW, devant le Western Canada High School, déclenchant une impasse tendue qui a duré plus d’une heure. Des dizaines d’officiers se tenaient entre les parties, dont certains à cheval. La police a finalement repoussé les contre-manifestants, créant un espace pour que le plus grand groupe puisse passer et continuer sa marche.

Hunter Yaworski, un porte-parole des contre-manifestants, a déclaré que le groupe avait communiqué au préalable son intention de bloquer les manifestants sur la 17e Avenue avec la police. Il a déclaré que le conflit avec les officiers s’était intensifié après que la police eut demandé aux contre-manifestants s’ils étaient prêts à bouger, et ils ont répondu qu’ils ne l’étaient pas.

Publicité 6

Contenu de l’article

“(La police) était incroyablement agressive, poussant et bousculant”, a déclaré Yaworski. “Personne n’a été gravement blessé, Dieu merci, mais beaucoup de gens ont souffert d’écorchures, d’ecchymoses, de blessures mineures. Et ce n’était absolument pas provoqué. Nous étions là paisiblement, refusant simplement de bouger.

Publicité 7

Contenu de l’article

Dans un communiqué publié samedi soir, le service de police de Calgary a déclaré que les policiers étaient confrontés à une tâche difficile en raison du manque de coopération des personnes impliquées et a minimisé l’importance des vidéos publiées sur les réseaux sociaux.

“Il est important de savoir que ces manifestations se sont déroulées sur plusieurs heures et que les photos individuelles et les courts clips vidéo ne donnent pas toujours une image complète”, indique le communiqué de la police.

“Après avoir reçu une coopération limitée et reconnu la volatilité de la situation, les agents ont dû prendre des mesures pour éviter une nouvelle escalade de la foule et minimiser les perturbations pour les résidents et les entreprises à proximité.”

La force a ajouté qu’elle avait recueilli “une quantité importante de preuves” sur les lieux, qu’elle examinera pour informer l’application.

Publicité 8

Contenu de l’article

Yaworski s’est opposé à la suggestion selon laquelle les vidéos circulant ne sont pas représentatives des actions de la police.

“Le tableau complet est pire”, a-t-il déclaré. «Ils ont agi de manière incroyablement agressive contre les membres de la communauté qui vivent dans la Beltline. Nous n’avons rien provoqué. Nous n’avons rien fait de sournois. »

Le ministre de la Justice de l’Alberta, Tyler Shandro, n’a pas répondu à une question lors d’une conférence de presse indépendante dimanche sur s’il avait vu la vidéo de la police bousculant des contre-manifestants, affirmant que la commission de police de Calgary était en place pour examiner les préoccupations concernant les actions de la police.

Les contre-manifestants prévoient de poursuivre leurs manifestations tant que les rassemblements plus importants se poursuivront, a déclaré Yaworski.

Publicité 9

Contenu de l’article

Lors d’une conférence de presse indépendante dimanche, Kenney a déclaré que les Canadiens avaient le droit de manifester et qu’il appartenait aux services de police locaux de décider de la meilleure façon de maintenir ce droit.

“Je dirai simplement que je ne sais pas sur quoi porte la manifestation parce que l’Alberta n’a effectivement plus de mesures de santé publique”, a déclaré Kenney. «Je dirais que les gens pourraient peut-être trouver des moyens plus productifs d’exprimer leurs frustrations.

« Mais peut-être, voici une idée, que diriez-vous de passer tous de la frustration de COVID ? Et si on la laissait dans le rétroviseur ? . . . Ce que je voudrais dire, c’est que nous pourrions passer le reste de nos vies dans cette société à nous disputer sur le COVID, ce qui n’a pas beaucoup de sens pour moi, ou nous pourrions simplement aller de l’avant.

Dans une déclaration envoyée à Postmedia et à d’autres médias locaux, le manifestant Jake Eskesen a déclaré que les rassemblements se poursuivaient parce que les participants craignaient que la province ne rétablisse les mesures COVID-19.

Publicité 10

Contenu de l’article

“Beaucoup d’entre nous ont perdu toute confiance en Jason Kenney et le gouvernement provincial, qui, selon nous, pourraient rétablir les restrictions à tout moment, comme ils l’ont fait par le passé”, a déclaré Eskesen, qui a déclaré avoir assisté au rassemblement.

La semaine dernière, les membres du CPS et de la commission de police ont informé le conseil municipal des perturbations en cours dans la Beltline, mais peu de détails étaient disponibles lors de la réunion à huis clos.

Com. Courtney Walcott, qui siège à la commission de police, se tenait parmi les contre-manifestants lors du rassemblement de samedi. Il a critiqué ce qu’il a qualifié d’approches policières différentes envers les manifestants et le groupe qui s’y oppose.

Publicité 11

Contenu de l’article

« Un groupe a rencontré l’agressivité, l’autre, la soumission. Si le résultat escompté était la non-violence, aujourd’hui était un échec », a tweeté Walcott, dont le quartier 8 englobe la Beltline.

Plusieurs autres conseillers ont également pesé, y compris Coun. Gian-Carlo Carra, qui a qualifié le recours à la force par la police de “tournant profondément problématique”. Com. Evan Spencer a déclaré dans un communiqué qu’il “espère que les manifestants pourront trouver un moyen d’exprimer leur désir de changement d’une manière qui n’affecte pas le bien commun des résidents”.

Pendant ce temps, Heather Campbell, membre de la commission de police, a tweeté un lien à la suite de l’affrontement vers une page Web décrivant le processus de dépôt de plaintes officielles contre la policedisant qu’elle “croit (s) qu’il y a quelques personnes et résidents qui pourraient avoir besoin de ces informations aujourd’hui”.

— Avec des fichiers de Dylan Short

[email protected]

Twitter: @jasonfherring

Publicité 1

commentaires

Postmedia s’engage à maintenir un forum de discussion animé mais civil et encourage tous les lecteurs à partager leurs points de vue sur nos articles. Les commentaires peuvent prendre jusqu’à une heure pour être modérés avant d’apparaître sur le site. Nous vous demandons de garder vos commentaires pertinents et respectueux. Nous avons activé les notifications par e-mail. Vous recevrez désormais un e-mail si vous recevez une réponse à votre commentaire, s’il y a une mise à jour d’un fil de commentaires que vous suivez ou si un utilisateur vous suivez des commentaires. Visitez notre Règles de la communauté pour plus d’informations et de détails sur la façon d’ajuster votre e-mail réglages.




Reference-calgaryherald.com

Leave a Comment